Symposium Mines Guinée 2019 : Discours du Président de la Chambre des Mines

Je voudrais à l’entame de mon propos vous souhaiter la bienvenue et me réjouir de la tenue de ce symposium.
C’est la deuxième fois que le MMG en collaboration avec la chambre des Mines organise le Symposium minier pour d’une part faire le bilan des activités minières en Guinée et d’autre part discuter des opportunités d’affaires dans le secteur minier.
Mesdames et Messieurs
Il n’est point besoin de rappeler que nous venons de loin. La Guinée après l’adoption de son nouveau code minier en 2011 et amendé en 2013 a permis à notre pays d’attirer les investisseurs directs étrangers surtout dans le secteur minier. Depuis 2011 la Guinée connait une pléthore de projets miniers dont la plupart sont aujourd’hui en phase de production ou de construction.
Tout ceci s’est traduit par une forte augmentation de la production de la bauxite qui est passée de 14 millions de tonnes en 2010 à 60 millions en 2018. La Guinée affiche d’ors et déjà son ambition de devenir le premier producteur mondial de bauxite dans les prochaines années à venir. La production d’or est passée de 254 milles onces en 2010 à 473 milles onces en 2018. Avec la finalisation de la phase d’extension de la SAG, le plan d’investissement de SMD et les nouveaux projets en gestation, tout porte à croire à un regain de vitalité du secteur aurifère dans notre pays.
La bonne Gouvernance dans le secteur
Tout ceci a été rendu possible par les reformes juridiques mais surtout au leadership du département des mines qui ont su traduire et être en œuvre votre vision en matière de politique minière.
Il ne peut y avoir de développement sans une bonne gouvernance. Depuis 2011 les reformes dans le secteur minier ont conduit principalement à une meilleure gouvernance dans le secteur qui a eu pour conséquence une plus grande transparence et une confiance des investisseurs dans le secteur. Nous avons été victimes de notre passé à un moment donné sur les questions de correction dans le secteur minier. Tout ceci est derrière nous maintenant. C’est le lieu de féliciter et d’encourager le Ministre des Mines et son équipe pour le travail qui a été fait dans ce domaine avec l’appui des partenaires intentionnels : IFC, BAD, Banque Mondiale.
Grace à cette confiance retrouvée, la Guinée a attiré des milliards de dollars d’investissement direct depuis 2014. Certains types financements ont été faits ce qui dénote la confiance des investisseurs dans le pays et ouvre le chemin à d’autres financement de ce genre.
La bonne gouvernance ne doit pas être simplement un mot, il doit être un comportement, un devoir moral si nous voulons continuer à prospérer dans le secteur minier. Entant qu’acteurs miniers, nous devons nous montré exemplaires car il n’ay pas de corrompus sans corrupteurs. La chambre des Mines continuera à œuvrer à côté du Gouvernement sur les meilleures pratiques en matière de transparence et de bonnes gouvernances dans le secteur minier.

Mesdames et Messieurs,
Quelles perspectives pour le secteur minier ?
Au-delà des performances qui ont été observées dans le secteur minier ces dernières années, nous devons continuer à innover davantage et à être plus attractif afin d’attirer encore plus d’investisseurs, sources de croissance économiques. Pour cela, le développement des infrastructures demeure à mes yeux un enjeu crucial pour le développement économique de la Guinée et la consolidation du boom minier. Je me réjouis que ce sujet fasse l’objet du panel d’introduction.
– Etre un pays minier de rang mondial dont la Guinée aspire passe forcément par le développement des infrastructures.
– Les infrastructures en soi réduisent le coût d’investissement et améliore la compétitivité des entreprises. La Guinée doit se donner des moyens, de se doter des infrastructures indispensables de son développement. Toutefois, nous devons le faire de manière intelligente.
– La Guinée a expérimenté dans un passé récent la mutualisation des infrastructures du chemin de fer dans la région de Boké avec trois sociétés existantes (CBG, GAC COBAD) appelé le ‘’multi-user’’. C’est une innovation dans le développement des mines en Guinée. J’encourage les sociétés minières et le gouvernement à créer une fiscalité plus attractive afin d’amplifier le modèle.
– Toutefois ces infrastructures ne devront pas servir uniquement le secteur minier. La Guinée doit profiter de manière intelligente de ses infrastructures pour développer d’autres secteurs de l’économie nationale, en particulier l’agriculture et l’agro-industrie.
– La Guinée est citée souvent pour sa pluviométrie et l’étendue de ses terres cultivables. Je reste convaincu que les mines peuvent permettre à la Guinée à travers des infrastructures de transport, ferroviaires et portuaires de faire de la Guinée un pays exportateur de premier rang des produits agricoles et manufacturés.
Mesdames et Messieurs,
En dépit des performances du secteur minier, le succès minier nous interpelle aussi sur nos obligations envers toutes les parties prenantes.
La question de contenu local doit être abordée ans tabou entre les acteurs car il ne peut y avoir de développement durable sans contenu local viable.
Beaucoup d’efforts ont été faits à ce jour avec le diagnostic effectué en 2017 par le rapport Kaiser et la mise en place en 2019 de la bourse de sous-traitantes et de partenariats.
Nous avançons dans la bonne direction mais lentement. La problématique du contenu local doit être reliée au financement des entreprises. Je compte sur mon ami et frère Président de l’Association Professionnelle des Banques qui est même temps le Président de la Bourse de sous-traitance afin de booster les banques à s’impliquer davantage dans le financement des entreprises locales. L’Etat doit aussi mieux outiller les entreprises locales à travers une plus grande information sur les diverses lignes de crédit existantes.
Il ne peut y avoir de développement durable sans l’adhésion des communautés locales aux projets miniers. C’est pourquoi je félicite le gouvernement pour l’opérationnalisation du FODEL et la mise à disposition dans la Loi de Finance 2019 les 15% des taxes minières à l’ANAFIC pour le développement de nos collectivités. En ce qui concerne la chambre des Mines de Guinée, la responsabilité sociétale des entreprises RSE est un concept dans lequel les entreprises minières intègrent les préoccupations sociales, environnementales et économiques dans leurs activités et dans leurs interactions avec leurs parties prenantes sur une base volontaire. Nous percevons cette responsabilité, comme la contribution de nos entreprises aux enjeux du développement durable en Guinée.
Par ailleurs, nous ne managerons aucun effort pour mener à bien le projet de réalisation d’opportunités d’affaires et d’emplois pour les PME et les populations locales. Et notre contribution j’en suis convaincu, permettra entre autres d’atteindre les objectifs du Plan National de Développement Economique et Social (PNDES).
En fin, je me réjouis de la décision du Gouvernement de procéder au remboursement de crédit de TVA des miniers. Il y’a de cela quelques semaines, nous avons tenu ici au Sheraton la rencontre entre le secteur privé et public lors de la journée internationale des Douanes, le Président a bien voulu écouter nos doléances et œuvrer en vue de l’amélioration de climat des affaires en Guinée et en particulier de raffermissement de la facilité de circulation des biens et services.
Toutes ces actions montrent une réelle volonté de la part de toutes les parties prenantes à aller de l’avant et à pérenniser le développement minier. Les perspectives sont bonnes pour l’économie nationale et le secteur minier en particulier dans les années à venir.
Je remercie tous ceux qui ont parié sur la Guinée en investissant et j’encourage les autres à nous rejoindre car si nous sommes toujours là c’est parce que toutes les conditions d’investissement sont favorables.
Je ne saurai conclure sans adresser mes chaleureuses félicitations aux organisateurs de ce Symposium pour l’excellente initiative prise de réunir toutes les parties prenantes autour du thème de réflexion aussi riche que pertinente mais aussi remercier toutes les compagnies minières qui ont bien voulu faire de ce symposium un évènement majeur pour la promotion du développement minier en Guinée.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *