Assemblée Générale de la CMG : Le PCA parle des objectifs et des grandes défis qui interpellent son institution


La Chambre des Mines de Guinée a tenu ce jeudi, 28 juin 2018, son Assemblée Générale ordinaire. L’activité a eu lieu dans un réceptif hôtelier en présence de représentants des sociétés minières évoluant en Guinée.
L’objectif était de trouver les voies et moyens pour corriger des insuffisances qui subsistent dans le secteur.
N’Diaye Malick, Directeur financier de GAC (Guinea Allumina Corporation) et président du Conseil d’Administration de la chambre des mines de Guinée a parlé du travail auquel sa structure doit s’atteler.
«Les objectifs, nous les avons déjà. Il y a les questions de TVA, les questions de douane, de sécurité et les questions d’harmonisation. La Guinée sera le premier producteur de bauxite, il n’ y a pas de doute à cela. La Guinée est en train d’investir aujourd’hui dans l’or. Elle est en train de développer la filière du fer. Le granite, le diamant, on en parle aussi. Donc il faut que la chambre des mines puisse jouer son rôle d’harmonisation des standards. C’est à cela que nous devons nous atteler pour pouvoir rehausser ou définir les standards pour que tout acteur qui rentre dans le secteur minier puisse au minimum appliquer ces standards», indique-t-il.


Sékou Ahmed Keïta, chef de cabinet du ministère des mines et représentants du ministre Abdoulaye Magassouba, a, pour sa part, remercié les partenaires et rassuré que des solutions seront trouvées aux questions évoquées.
«Si aujourd’hui la Guinée est classée troisième pays producteurs de la bauxite, c’est grâce à l’investissement des partenaires. Donc il fallait les remercier, mais aussi les rappeler des responsabilités envers l’Etat, envers les populations. Le contenu local et de développement communautaire ont été abordés, parce que c’est très important que les sociétés minières respectent les dispositions légales en la matière. C’était aussi pour nous une occasion de rassurer les sociétés minières que leur sécurité est une priorité pour l’Etat», assure-t-il.
Un travail est d’ailleurs en train d’être fait avec le ministère de la Défense pour déployer des unités spécialisées afin de sécuriser les zones et les sociétés minières, souligne le chef de cabinet du ministère des Mines et de la Géologie.
A.D/mosaiguinee

Célébration de la Journée Internationale de la biodiversité à Conakry : La Chambre des Mines s’engage pour la promotion et la défense de la biodiversité

L’année 2018 marque le 25e anniversaire de l’entrée en vigueur de la Convention sur la diversité biologique. En effet, les Nations Unies ont désigné le 22 mai Journée internationale de la biodiversité (JIB) en vue d’encourager la compréhension des enjeux liés à la biodiversité.

En Guinée, cette journée a été célébrée par le secteur minier, à travers le « Réseau Environnement Bauxite » (REB), et sous l’égide de la Chambre des Mines (CMG).

La cérémonie d’ouverture de cette célébration, qui a regroupé une centaine de participants, a été présidée par M. Seydou Bari Sidibé, Secrétaire Général du Ministère de l’Environnement et des Eaux et Forêts, en présence notamment du Directeur du PNUD en Guinée, d’un représentant de la Délégation de l’Union Européenne en Guinée, du Directeur Exécutif de la Chambre des Mines et des Directeurs Généraux des sociétés minières membres du REB.

Les 6 premières compagnies minières membres du REB,  sont aussi toutes membres de la CMG. Elles évoluent dans la région de Boké.  Il s’agit de : Alliance Mining Commodities Guinée S.A. (AMC), Alliance Minière Responsable (AMR), Bel Air Mining (BAM), la Compagnie des Bauxites de Guinée (CBG), Guinea Alumina Corporation (GAC) et la Société Minière de Boké (SMB).

Cependant, le Réseau ambitionne de s’ouvrir à d’autres entreprises évoluant dans les autres régions minières du pays qui en épousent les objectifs

Durant la journée, des panels ont été animés par d’éminents experts des questions environnementales sur les thèmes suivants :

  • L’encadrement juridique
  • Les outils pour atténuer les impacts sur la biodiversité
  • L’adaptation écosystémique au changement climatique

Ces panels ont été suivis par plusieurs interventions dont

  • La présentation du Réseau Environnement Bauxite (historique, composition, actions réalisées, prochaines étapes)
  • La Présentation du Protocole d’entente entre le REB et la Chambre des Mines
  • L’intervention de la Coordinatrice du Projet COMBO
  • L’intervention de la Représentante de la Chambre des Mines de Guinée
  • L’intervention du Directeur Général de AMC au nom des Compagnies minières membres du REB
  • L’intervention du Directeur Pays du PNUD

 

Le Clou de la Cérémonie de célébration de la Journée internationale  de la Biodiversité aura été la signature du Protocole d’entente entre les 6 sociétés minières et la CMG.

Ce Protocole  indique, entre autres, les axes de collaboration, les activités prioritaires à réaliser dans la zone côtière et dans la zone terrestre, les engagements mutuels des parties et les modalités d’intervention conjointe.

Il convient de préciser enfin que ce Protocole d’entente s’inscrit dans le cadre du partenariat existant entre la Chambre des Mines de Guinée et le Système des Nations Unies en Guinée (SNU) en vertu d’une lettre d’engagements mutuels, signée en octobre 2013, en vue d’une meilleure utilisation du potentiel minier pour le développement économique et social du pays, suivant 4 axes de collaboration encadrant des actions concrètes consignées dans un Plan de travail approuvé en avril 2014.

La cérémonie de cloture de cette journée a enregistré

  • Le discours de cloture du Secrétaire Général du Ministère de l’Environnement
  • L’hommage rendu à 3 pionniers de la biodiversité.
  • La photo de groupe pour tous les participants

Parmi les leçons à retenir de cette célébration, il faut  mentionner que la CMG, consciente du rôle crucial de la biodiversité dans le développement durable, s’est résolument engagée pour la protection de l’environnement.

En effet et comme l’a rappelé Malick N’Diaye, Président du Conseil d’Administration de de la CMG « Partout, la biodiversité est menacée, y compris dans le secteur minier où le développement des projets miniers constitue, souvent, un danger pour elle. La protection de la biodiversité doit être donc une priorité pour toutes les Compagnies minières en Guinée. J’en appelle à leur sens de la responsabilité pour préserver la faune et la flore dans leurs sites d’intervention et de rejoindre le Réseau que nous venons de mettre en place afin d’attester de leur engagement formel en faveur de la protection de l’Environnement, souligné avec force dans le Code d’Ethique de l’a Chambre des Mines. »

 

 

 

 

Soutien aux communautés riveraines : Les activités de la Fondation Alcoa dans la zone de Kamsar

Durant le mois d’avril 2018, la Fondation Alcoa a entreprises des activités de soutien aux communautés dans la zone de Kamsar. Au nombre de ces activités, l’on retient notamment :

L’ouverture officielle d’une nouvelle école primaire dans le village de Kabata, situé à 15 km de Kamsar en Guinée, célébrée le 21 avril 2018. Une subvention de la Fondation Alcoa a permis à l’ONG School to School International de construire l’école. Plus de 500 personnes ont participé à l’évènement, dont des intervenants locaux et des représentants d’Alcoa, Mamadou Bobo Diallo, coordinateur général d’Alcoa Guinée et Marc Piche, administrateur général d’Alcoa Guinée.

L’école compte un effectif de 105 élèves, dont 52 filles, venant des villages de Kabata, Kassopo et de l’ile de Tagbassa.

Plus tôt dans la journée, également à Kamsar, une deuxième subvention de la Fondation Alcoa a été annoncée. La subvention s’étend du 1er janvier 2018 au 31 décembre 2018 et va permettre à Engenderhealth, avec qui la Fondation Alcoa est en partenariat depuis de nombreuses années, de promouvoir des normes équitables en matière du Genre dans les sous-préfectures de Kamsar, Kolaboui et Sangarédi.

Réunion EFEDCOM à Conakry : Allocution de bienvenue du Président de la Chambre des Mines de Guinée

Monsieur le Ministre des Mines et de la Géologie ;
Madame la Représentante Résidente de la CEDEAO ;
Excellences Madame et Messieurs les Ambassadeurs ;
Mesdames et Messieurs les Chefs d’Agences du Système des Nations – Unies ;
Monsieur le Président de la Fédération des Chambres des Mines de la CEDEAO ;
Monsieur le Président du Conseil Exécutif de la Fédération des Chambres des Mines de la CEDEAO ;
Messieurs les Membres de la Fédération des Chambres des Mines de la CEDEAO ;
Messieurs les Membres de la Chambre des Mines de Guinée ;
Distingués Invités ;
Mesdames et Messieurs,
C’est pour moi un bien réel et agréable plaisir de vous souhaiter la bienvenue à cette cérémonie d’ouverture des travaux de la réunion de la Fédération des Chambres des Mines de la CEDEAO.
Je voudrais particulièrement exprimer mes chaleureux mots de bienvenue en Guinée à tous nos collègues du Burkina Faso, de la Cote d’Ivoire, du Ghana et du Nigéria qui ont fait un long chemin pour prendre part aux échanges, qui auront lieu ici à Conakry, sur des questions essentielles à l’émergence d’une industrie minière harmonisée et bien structurée dans l’espace CEDEAO.
Je voudrais vous dire en ma qualité de Président de la Chambre des Mines de Guinée, toute la joie et la satisfaction des membres de cette Institution de vous savoir si nombreux à la présente rencontre.
Merci d’avoir sacrifié de votre précieux temps pour être ici à Conakry.
Mesdames et Messieurs les Participants ;
Honorables Invités ;
Mesdames et Messieurs ;
La rencontre qui nous réunit dans cette prestigieuse salle, puise ses origines dans l’historique Signature, le 20 juin 2000, du protocole d’accord entre les Chambres des Mines du Ghana et de la Guinée, instituant la Fédération Ouest africaine des Chambres des Mines, suivie en 2010 du lancement du processus au niveau Régional dans le cadre de la mise en œuvre de la Vision Minière Africaine, adoptée en février 2009 à Abuja par la Chefs d’Etats et de Gouvernement des pays membres de l’Union Africaine.

Plus tard, le 03 novembre 2016 à Accra (Ghana) se tenait la Réunion constitutive de la Fédération des Chambres des Mines et des Associations minières de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), organisée à l’initiative et avec l’appui du Département Mines et Energie de la Commission de la CEDEAO.

La rencontre suivante, tenue les 4 et 5 juillet 2017 à Abuja (Nigéria) a permis, en particulier, la mise en place des organes de gouvernance de notre Fédération dont le Conseil Exécutif est présidé par notre compatriote M. Chaikou Yaya Diallo, Directeur Exécutif de la Chambre des Mines de Guinée.

Quant à la troisième rencontre, elle s’est tenue en Septembre 2017 à Ouagadougou (Burkina Faso – Le pays des Hommes intègres). Il faut noter que cette Réunion de la Fédération s’est déroulée parallèlement avec les travaux de la 2ème édition de la SAMAO (Semaine des Activités Minières de l’Afrique de l’Ouest), donnant ainsi un cachet tout particulier à l’évènement.
C’est pourquoi, il convient de se réjouir de cette rencontre de Conakry qui s’inscrit en droite ligne des précédentes et qui permettra, à coup sûr, de poser les jalons pour l’atteinte des principaux objectifs de notre Fédération, à savoir :
– Sensibiliser les Etats membres, grâce à des campagnes et au plaidoyer pour l’adoption de politiques efficaces de promotion de l’exploitation minière dans la Communauté
– Faire la promotion des intérêts miniers dans la Communauté, notamment l’image de l’industrie et de ses membres
– Communiquer et partager des informations sur les questions minières entre membres et avec les autres Chambres des Mines non membres, les Ministères et Organisations concernés, et la société civile qui sont impliqués dans l’exploitation minière en Afrique en général et ailleurs
– Faire la promotion, en participant ou en soutenant la création et l’amélioration d’infrastructures dans la Communauté, pour l’enseignement et la formation techniques et en donnant des bourses et subventions visant à bénéficier à l’industrie minière.
Honorables Invités ;
Mesdames et Messieurs ;
Au regard des objectifs ci-dessus cités, je m’en voudrais de ne pas exprimer notre profonde reconnaissance à tous ceux qui ont facilité la tenue des précédentes rencontres et permis celle des présentes assises.
Je voudrais donc remercier, en cette circonstance solennelle, le Gouvernement de la République de Guinée que nous avons tenu informé de cette grande rencontre de Conakry, et qui a marqué son intérêt pour les questions qui y seront débattues et exprimé sa disponibilité à accompagner la Fédération dans le suivi et la mise en œuvre de ses activités ou programmes en Guinée.
La présence à nos côtés de Monsieur le Ministre des Mines et de la Géologie qui, malgré son calendrier très chargé a tenu à présider la présente cérémonie d’ouverture, reste le témoignage éloquent de l’intérêt que porte le Gouvernement guinéen à nos travaux.
Mesdames et Messieurs les Représentants et Ambassadeurs des pays amis ;
Je voudrais vous remercier de nous avoir honorés de votre présence.
Chers Membres de la Fédération de la Fédération des Chambres des Mines de la CEDEAO,
En votre nom, Mesdames et Messieurs les participants, je voudrais les féliciter pour les efforts entrepris, leur dire tous nos sincères remerciements et les assurer de notre détermination à poursuivre ce noble chantier qu’ils ont ouvert pour la viabilité de notre Fédération.
J’associe bien évidemment à ces remerciements, tous les partenaires de la Chambre des Mines de Guinée qui nous accompagnent dans tous nos efforts.
Messieurs les Directeurs et Représentants des Sociétés membres de la Chambre des Mines de Guinée,
Sans le soutien déterminant et précieux de vos Sociétés, nous n’aurions pu nous retrouver ici à Conakry.
Qu’il me soit permis de vous adresser mes remerciements infinis pour votre appui financier et votre mobilisation qui témoigne de votre adhésion aux objectifs de la Fédération..
Enfin, nous voudrions vous assurer de notre détermination, en tant qu’Union patronale des principales Entreprises minières en Guinée, à jouer notre partition dans le grand concert des Chambres des Mines de la CEDEAO afin que le secteur minier soit un véritable moteur de croissance et l’un des principaux vecteurs de la dynamique de création d’emplois et de richesses dans notre sous-région.
C’est sur ces mots d’engagement que je voudrais souhaiter pleins succès à nos travaux.
Vive la synergie sous régionale.
Je vous remercie.

Contributions du secteur extractif au développement économique et social de la Guinée : Le Comité de Pilotage ITIE-Guinée analyse l’état d’avancement de la production du Rapport ITIE-Guinée 2016


L’Initiative pour la Transparence dans les Industries Extractives (ITIE) est une initiative volontaire qui vise à renforcer, dans les pays riches en ressources pétrolières, gazières et minières, la gouvernance des revenus publics issus de leur extraction.
La Guinée a été admise comme pays Candidat à l’ITIE le 27 septembre 2007 ; elle dispose du statut de pays Conforme depuis le 2 juillet 2014.
Le Cabinet Moore Stephens a été sélectionné pour être l’Administrateur indépendant en charge de l’élaboration du Rapport couvrant l’année 2016 (Rapport ITIE 2016 ou Rapport). L’objectif du Rapport ITIE 2016 est de renforcer la compréhension du niveau des contributions du secteur extractif au développement économique et social du pays.
Ce Rapport ITIE présentera aussi les contours du secteur extractif guinéen et proposera quelques orientations pour consolider la gouvernance publique des industries extractives en Guinée.
Les travaux d’Administrateur indépendant consistent, principalement, à rapprocher et compiler, pour l’année 2016 :
 Les paiements déclarés versés à l’État par les entreprises extractives enregistrées en Guinée, d’une part ;
 Les paiements reçus par l’État de ces entreprises, d’autre part.
La Chambre des Mines de Guinée, a donc pris part, ce jeudi 26 avril 2018, à une réunion du Comité de Pilotage ITIE-Guinée qui s’est articulée autour de la présentation, par le Cabinet Moore Stephens, de l’état d’avancement de la production du Rapport ITIE-Guinée 2016.
A ce propos, le Consultant international a mis en exergue :
• La situation des réceptions des formulaires de déclaration ITIE 2016
A ce jour, 54 Entreprises retenues dans le périmètre 2016 ont envoyé leurs formulaires de déclaration, dont :
– 10 sur 13 Entreprises d’Exploitation minière
– 8 Entreprises en phase de recherche minière
– 5 Sociétés de carrière
– 19 Sous – traitants miniers

A noter que toutes les entités publiques ont envoyé une déclaration à l’exception de la déclaration des recettes locales qui n’a pas couvert toutes les communes et préfectures. Par ailleurs, la certification des données de l’Etat est toujours en cours, au niveau de la Cour des comptes.
• La différence de conciliation initiale dont les différences proviennent des défauts de déclaration, de la part des Entreprises
A titre d’exemple, les Entreprises en phase d’exploitation minière ont déclaré 2.448.321.904.150 GNF alors que l’Etat déclare avoir perçu 2.606.957.760.135 GNF ; soit une différence initiale de 158.635.855.985 GNF dont 38.646.994.618 GNF relève des défauts de déclaration.
3 Sociétés en phase d’exploitation minière figurent parmi celles qui ont des défauts de déclaration.
• La liste des 22 Sociétés qui n’ont pas fourni de formulaire de déclaration
On y compte des Sociétés :
– Anciens ou actuels Membres de la CMG : Rio Tinto Guinée, Compagnie des Bauxites et d’Alumine de Dian-Dian, Wega Mining, Société Alufer S.A, UMS, SGS Mineral et Russky Aluminy Ltd
– Non Membres de la CMG : Société des Bauxites de Guinée, Société Weily Mining, Vep Groupe Sarl, etc.
• Le nouveau calendrier
Eu égard au retard observé dans la fourniture des données, le Consultant propose un nouveau calendrier afin de produire le Rapport ITIE 2016 dans les meilleurs délais. Ainsi, la date limite pour l’envoi des formulaires, initialement prévue le 2 février 2018, est renvoyée au 18 mai. 2018. L’envoi de la version pré finale du Rapport se fera également le 11 juin 2018, avant la tenue du comité de validation de l’ITIE – Guinée.
Par ailleurs, le Cabinet a exposé certains points nécessitant une décision du Comité de pilotage de l’ITIE – Guinée, à savoir :
– Valider le nouveau calendrier des travaux
– Etudier la possibilité d’alléger le périmètre en augmentant le seuil de matérialité ou exclure les Sous- traitants
– Décider des actions urgentes à l’encontre des Sociétés défaillantes
– Exiger des Entreprises des engagements en matière de délais pour la soumission des données manquantes

Enfin, il convient de retenir que, compte tenu du nombre d’acteurs très important de le secteur extractif, de leur éclatement à travers le territoire et du caractère limité de la contribution au budget de l’État d’un nombre substantiel d’entre eux (notamment les entreprises d’exploitation de produits de carrières et les comptoirs d’achats d’or et de diamants), le Comité de Pilotage de l’ITIE-Guinée a convenu que « les déclarations des entreprises identifiées comme ayant pu verser, en 2016, une contribution annuelle supérieure à 700 millions GNF feront l’objet d’un rapprochement avec les déclarations de l’État..
Moustapha KEITA

Guinea Alumina Corporation : 50 diplômes grâce au programme GAC-CFP BOKE

La société « Guinea Alumina Corporation » (« GAC ») SA, un acteur majeur du secteur des mines en république de Guinée, a eu le plaisir d’annoncer la remise des diplômes de 50 jeunes issus de la région de Boké, qu’elle a financé cette année au centre de formation professionnelle de Boké.
C’est dans le cadre de la valorisation de l’autopromotion des communautés voisines à ses installations, que GAC a financé pour la 5e année consécutive, le perfectionnement de cinquante (50) jeunes femmes et hommes issus des localités de Sangarédi, Tanènè, Boké, Kolaboui et Kamsar. Pendant six (6) mois, les apprenants se sont professionnalisés dans les filières de l’électricité, de la mécanique auto et de la chaudronnerie, avec une méthode orientée sur la pratique avec 10 % de cours théorique et 90 % de cours pratiques.
Le processus de recrutement des candidats pour cette formation s’effectue sur la base de personnes proposer par les autorités locales (chefs de districts, chefs de villages) et se trouvant sur la zone d’opérations de GAC. Ainsi, les personnes affectées par son projet sont toujours privilégiées. En plus de cette condition, les candidats doivent impérativement savoir lire et écrire, et s’engager à appliquer les enseignements reçus après la formation.
En ce 21 février 2018, la formation a été clôturée par la remise des certificats et kits de fin de formation, en présence du Comité de Suivi des Apprenants (CSA), de la direction du CFP, des Chefs de districts et des représentants de GAC. Les kits de fin de formation permettront aux bénéficiaires de mieux saisir les opportunités professionnelles qui s’offriront à eux et sont composés de :
– Pour les chaudronniers,
Huit (8) groupes électrogènes de 7 KVA combiné aux postes à souder et accessoires répartis aux 16 étudiants en raison d’un groupe électrogène combiné pour 2 étudiants ;
– Pour les électriciens
Des kits individuels composés d’échelles et des appareils de mesures pour chacun des 17 étudiants ;
– Pour les mécaniciens
Des caisses à outils individuels pour chacun des 17 étudiants.
Aboubacar Demba, porte-parole des étudiants diplômés, a souligné que ‘’ cette formation nous donne la chance de prendre notre vie en main. Nous nous engageons donc à mettre en œuvre ce que nous avons appris pour notre propre bien être, car le métier c’est l’avenir’’.
A l’ouverture de la cérémonie, les autorités ont tour à tour salué l’initiative et encouragé les autres compagnies de la préfecture à s’inscrire dans cette politique. Tous ont encouragé la société GAC à continuer cette initiative.
En renouvelant cette initiative, GAC réitère son engagement à soutenir le développement des communautés locales.
Contexte GAC :
Guinea Alumina Corporation S.A. (“GAC”) est une société minière d’extraction de bauxite, filiale d’Emirates Global Aluminium (« EGA »), l’une des plus importantes compagnies d’aluminium au monde.
Emirates Global Aluminium (« EGA ») est détenue à parts égales par Mubadala Investment Company of Abu Dhabi et Investment Corporation of Dubaï. EGA exploite des fonderies en aluminium à Dubaï et Abu Dhabi avec une capacité de production combinée de 2,5 millions de tonne par an. La production d’EGA fait des Emirats Arabes unis le cinquième pays au monde en matière de production d’Aluminium. EGA est également propriétaire de Guinea Alumina Corporation (« GAC »), une société de développement minier qui travaille actuellement au développement de son projet d’exportation de bauxite en République de Guinée. EGA est portée par d’importants projets de croissance nationale et d’expansion internationale.
Africaguinee.com

Lancement des travaux de construction de la mine Bel Air : La société Alufer suscite l’espoir du développement socioéconomique dans la région de Boffa

PHOTO alufer 197

La date du vendredi 3 février 2017 est désormais inscrite en lettre d’or dans les annales de l’histoire de la préfecture de Boffa. En effet, cette date  marque de façon indélébile le lancement des travaux de construction de la mine Bel Air, portée par la société Alufer, dans la préfecture de Boffa.

Ce jour là, les autorités guinéennes représentées au plus haut niveau par le Chef de l’Etat, S.E.M le Professeur Alpha Condé, accompagné d’une importante délégation composée, entre autres, du Premier ministre Mamady Youla, du Ministre des Mines et de la Géologie ainsi que celui du budget ont communié avec les autorités locales, les populations riveraines et les responsables d’Alufer.

La Chambre des Mines de Guinée, l’Union patronale des opérateurs miniers, quant à elle, était représentée par M. Chaikou Yaya Diallo et M. Moustapha Keita, respectivement Directeur Exécutif et Chargé de Communication de l’institution.

PHOTO alufer 233

L’événement s’est déroulé dans la localité de Khoundindé, Commune rurale de Douprou, Préfecture de Boffa où l’arrivée du Président Alpha Condé a été saluée par une population en liesse, fière d’accueillir celui qui était venu apporter sa bénédiction à la société Alufer et à son projet porteur d’espoir pour le développement socioéconomique de la région de Boffa.

PHOTO alufer 215

PHOTO alufer 224

Il convient de noter que la cérémonie d’ouverture de cet événement a été marquée par certains discours :

Le discours de bienvenue de Madame la préfète de Boffa

Madame Aicha Sako a commencé par saluer le choix porté, par ses pairs, sur le président Alpha Condé pour assurer la présidence de l’Union Africaine pour l’exercice 2017 avant de magnifier les avantages et l’impact positif du projet dans sa préfecture. Par ailleurs, elle a rappelé que Boffa a été « érigée en entité administrative depuis 1894 ; et depuis cette date, c’est maintenant (en 2017) que Boffa bénéficie d’un projet de développement ». Enfin, elle a souligné l’implication remarquable des populations impactées par le projet dans les études d’impacts environnemental et social menées par la société Alufer. C’est ainsi que Madame Sako a apprécié le partage d’informations entre la population et la société Alufer dès son implantation dans la zone, toute chose qui permet d’espérer que « Bel air mining sera une société pour les populations de Boffa ».

Le discours du Président d’Alufer Mining

PHOTO alufer 229

Adonis Pouroulis s’est dit fier d’annoncer l’ouverture de la société de bauxite de Bel Air Mining, « une mine de classe mondiale » avant d’ajouter que « tous les financements du projet sont bouclés et les engagements pris seront respectés ». En outre, le PDG d’Alufer a indiqué que « plusieurs centaines de personnes seront employées » tout en rappelant son engagement à respecter les coutumes et mœurs des populations de Boffa ainsi que les normes environnementales et sociales durant la vie de Bel Air Mining.

Pour terminer son discours, le PDG d’Alufer a tenu à remercier M. Lamine Touré, son partenaire guinéen et Directeur régional d’Alufer, pour son implication personnelle dans la réalisation du projet.

Les interventions des diplomates britannique et américain

Mme Katerine Enguelearn, Ambassadrice de la Grande Bretagne en Guinée, a exprimé toute sa joie de voir le couronnement des efforts des investisseurs de la société britannique Alufer en Guinée, à travers le lancement des travaux de construction de sa mine. Elle s’est également réjouit de l’engagement de la société à protéger l’environnement selon les normes standard. Dans un autre registre, l’Ambassadrice  britannique a exhorté le gouvernement guinéen à créer les conditions pour accroitre l’investissement dans le pays et à « tout faire pour assurer les investissements, pour le bien de tous ».

Pour sa part, M. Hugues Ogier, Premier conseiller de l’Ambassadeur des Etats Unis en Guinée, a noté, avec enthousiasme, que la mine créera de l’emploi avant d’encourager la société à payer ses taxes pour permettre au gouvernement de construire plus d’écoles, d’hôpitaux …

Selon M. Ogier Alufer, le projet a mobilisé de grands financements destinés à l’investissement en Guinée et « ces investissements majeurs et significatifs vont avoir un impact sur les autres investissements à venir ».

L’allocution du Ministre des Mines et de la Géologie

Abdoulaye Magassouba a déclaré que ce lancement des travaux de construction de la mine est « un aboutissement et le fruit de l’engagement du Chef de l’Etat à travers les réformes apportées dans le secteur des mines » avant d’annoncer, entre autres, qu’à date, Bel Air Mining, a obtenu toutes les autorisations, les études environnementales et sociales sont validées, la durée des travaux est prévue pour 18 mois et l’exploitation se fera à ciel ouvert. Enfin, M. Magassouba a formulé l’espoir que la société contribuera à l’amélioration des conditions aussi bien des travailleurs que des populations locales et des PME, avant de lancer un appel aux populations à soutenir la société pour son développement, au bénéfice des investisseurs, de la préfecture de Boffa et de la Guinée.

Le discours tant attendu du Chef de l’Etat

PHOTO alufer 234

S.E.M Alpha Condé a salué le lancement des travaux de construction de la mine de bel Air avant de faire part de son engagement à ne pas limiter l’exploitation de la bauxite à sa seule extraction mais à œuvrer à la transformation sur place d’une partie de la bauxite guinéenne en alumine et en aluminium. Cette ambition nécessite la production d’énergie. Pour ce faire, le Président Condé a annoncé que des négociations sont en cours pour l’implantation d’une centrale à gaz de 200 mégawatts, du côté de Kamsar.

Ensuite, l’intervention du Chef de L’Etat s’est articulée autour d’autres points, notamment :

  • La nécessité de développer aussi bien les mines que l’agriculture qui reste « un véritable moteur de développement socioéconomique ». Ainsi, il a appelé Alufer à s’impliquer dans la construction d’une digue qui permettra aux populations riveraines de tirer profit des plaines agricoles.
  • Promouvoir le tourisme en Guinée, et particulièrement dans la zone de Boffa où existent les belles plages de Bel air
  • Appel lancé à la société et aux populations riveraines, pour le respect de la loi minière du pays, en ce qui concerne particulièrement l’emploi de la main d’œuvre locale. « A Compétence égale, la priorité va aux demandeurs d’emploi guinéens », a résumé le Président A. Condé. Cependant, la société est libre de recruter ailleurs si les compétences n’existent pas sur place.

PHOTO alufer 241

Enfin, il faut retenir les autorités religieuses de la contrée ont formulé des prières et des bénédictions pour la réussite du projet d’Alufer et que le discours du président Alpha Condé a, immédiatement, été suivi du lancement officielle des travaux de construction de la mine de Bel Air. En effet, le Chef de l’Etat, muni d’une pelle et d’une paire de gants, a symboliquement chargé un tracteur de terre (bauxite), marquant ainsi le début des travaux de construction de la mine.

Atelier national sur la Responsabilité Sociétale des Entreprises : Poser les premiers jalons de la RSE dans le secteur minier guinéen.

La Chambre des Mines de Guinée, en collaboration avec le PNUD et le Ministère des Mines et de la Géologie, a organisé l’atelier national sur la Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE) dans le secteur minier en Guinée.
rse photo

L’atelier s’est déroulé du 24 au 25 janvier 2017 à Conakry et a regroupé plus de 70 participants.

Il convient de rappeler que cet Atelier national consacré à la RSE fait suite à :
 La réalisation d’une enquête sur les perceptions dans le secteur minier guinéen (décembre 2016)
 La réalisation d’une étude de base sur la RSE (décembre 2016)
 La tenue d’un atelier technique sur la RSE dans le secteur minier guinéen (décembre 2016)

Les premiers éléments de diagnostic posés à la fois par le PNUD, le Ministère des Mines et de la Géologie ou encore la Chambre des Mines est que le concept de RSE en Guinée est encore presque inconnu. Les activités menées en amont de cet atelier avaient donc comme objectif de poser les premiers jalons de la RSE dans le secteur minier guinéen.

Cet atelier national a donc permis de consolider le travail de fond entamé sur cette problématique, en associant un maximum de parties prenantes à :

 La présentation des objectifs en terme de politique publique du gouvernement guinéen par rapport à la RSE dans le secteur minier ;
 La présentation des résultats de recherche de l’étude de base RSE et du contenu de document préliminaire de la « Politique nationale de la RSE dans le secteur minier » ;
 L’ouverture d’un espace de discussion et de débats autour du document préliminaire de politique : amendements, suggestions, validation, etc. ;
 La contribution des parties prenantes à l’élaboration des grandes lignes pour l’élaboration d’un plan d’action.

Enfin, il convient de noter que l’atelier a bénéficié de la présence, en ouverture de Monsieur le Ministre des Mines et de la Géologie, qui a tenu un discours fort d’appui à l’initiative. Il a rappelé que le thème traité lors de cet atelier national faisait parti des quelques priorités pour l’année 2017 identifiées par son Ministère (Développement communautaire, contenu local, RSE).
Le Directeur pays du PNUD est également intervenu afin de rappeler le soutien de cette institution au Ministère des Mines et de la Géologie et l’importance des chantiers à venir dans le secteur minier.

Projet d’amélioration du climat des affaires dans le secteur des mines : Une mission de supervision du Projet rencontre la Chambre des Mines de Guinée

photo vih 771
M. Namory Condé, Premier vice-président de la Chambre des Mines, représentant M. Ismaël Diakité, Président de l’institution, a reçu, le vendredi 21 octobre 2016, la mission de supervision du Projet d’amélioration du climat des affaires dans le secteur des mines.
Pour la circonstance, M. Namory Condé était entouré des représentants des Sociétés membres de la CMG tels que Mrs. Frédéric Bouzigues (SMB), Bachir Faye (SMD), Lamine Touré (ALUFER), N’Famoussa Kaba (Burey Gold), Moussa Thiam (AMR) et de M. Chaikou Yaya Diallo, Directeur Exécutif de la CMG.
Quant à la mission conduite par Madame Wafa M. Aranki (Chargée du Développement du secteur privé, Senior), elle était composée de Mme Mariama Ciré Sylla (Chargée du Développement du secteur privé, Chargée de Projet), M. Mamoudou Nagnalen Barry (Consultant) et M. Patrick Sergant (Avocat, Cabinet Emergency Legal).

photo vih 767
A noter que cette mission s’inscrivait dans le cadre de l’appui que le Groupe de la Banque mondiale apporte au Gouvernement de la Guinée pour l’opérationnalisation du Secrétariat Permanent du Comité Interministériel de suivi des Projets miniers intégrés et pour la mise en œuvre de reformes du dispositif existant de traitement des autorisations, des permis et nécessaires à la réalisation des projets miniers intégrés.
Dans son mot de bienvenue, M. Namory Condé a mis l’accent sur l’importance du secteur minier guinéen qui contribue de façon très significative à la création d’emplois et à la mobilisation des recettes. Par ailleurs, il a insisté sur l’importance que la CMG accorde à la collaboration avec une institution comme la Banque mondiale. Enfin, le Premier vice-président a présenté la CMG à travers ses objectifs, son membership et ses principales réalisations.
photo vih 754
Pour sa part, la représentante de la mission de supervision a rappelé que le programme vise à améliorer le climat des affaires dans le secteur minier, à travers notamment la mise en place d’un système accéléré pour l’acquisition des permis, avant de préciser l’objectif de sa visite : Recueillir les observations et les préoccupations de la CMG en vue de les intégrer dans les conclusions de l’étude visant à améliorer le climat des affaires en Guinée.
A l’issue des entretiens, la mission et la CMG sont convenues de la nécessité de rencontrer les Sociétés minières sur leur site d’exploitation pour une meilleure prise en compte de leurs préoccupations et de faire parvenir, à la CMG, un document de présentation du Projet qu’elle se chargera de partager avec ses membres.

La Chambre des Mines de Guinée, au service des Compagnies minières : Zoom sur le Projet Santé

I. HISTORIQUE & CONTEXTE

Malgré un important potentiel en ressources naturelles, la Guinée figure encore parmi les pays les moins avancés, avec un indice de développement humain au bas du classement mondial (179/186 en 2014).
santé ok
En raison de leur situation relativement privilégiée, les zones minières constituent dans ce contexte, des pôles d’attraction pour les populations actives en quête d’emploi et pour les travailleuses du sexe. Avec la promiscuité, le mariage circonstanciel et de courte durée et l’afflux des professionnelles du sexe toutes les fins de mois, les miniers et les autres populations des zones minières sont très vulnérables et font partie des groupes à haut risque, avec un taux de prévalence du VIH élevé: 4.7% en 2001, 5.2% en 2005 et 5.9% en 2012, et 5.1% en 2015, contre une moyenne nationale de 1.7%.

Eu égard à ce qui précède et étant donné l’importance des coûts induits par le VIH, les entreprises minières ont décidé d’unir les efforts dans le cadre de la CMG, au sein d’un Comité de Pilotage créé en septembre 2003. Ce Comité est un cadre de concertation et d’action, permettant aux sociétés minières et à leurs associés, d’apporter la réponse la plus appropriée contre la propagation du VIH, en vue de sauvegarder leur potentiel humain et leur compétitivité. A travers la mise en place de cet organe, les sociétés membres de la Chambre marquent leur volonté de s’engager davantage pour permettre un accès plus large de leurs salariés et ayant droits, de leurs communautés d’accueil, à la prévention, au dépistage et à la prise en charge globale des Personnes Vivant avec le VIH.

Les objectifs du Comité sont de coordonner et d’amplifier les programmes spécifiques des différentes sociétés, de susciter et de mettre en place des partenariats en vue de la mobilisation de nouvelles ressources, gage d’une pérennité des actions entreprises.
appel d'offres enseigne 852
Parmi les atouts dont disposent les entreprises pour la réalisation de ces programmes, il faut mentionner (i) l’existence de structures médicales bien équipées, opérées par de bons professionnels, (ii) l’engagement des directions des entreprises à travers notamment les ressources fournies conséquemment contre le VIH, (iii) la forte adhésion des employés et de leurs représentants syndicaux au programme de lutte contre le VIH.

Ainsi, en vue de soutenir les efforts des entreprises, la Chambre des Mines a dû conclure des partenariats avec notamment
 Le CNLS (Programme MAP de la Banque Mondiale) – l’USAID : 2004-2007
 L’ONUSIDA à partir de 2003 (date de la visite du Représentant en Guinée à la CBG)
 Partenaires Contre le Sida (PCS France) 2007-2009
 La GIZ et PCS 2009-2011 : Réalisation du Premier PPP en Guinée, précurseur du volet coinvestisement de la proposition Guinée à la série 10 du Fonds Mondial
 Le Fonds mondial 2012 – à date.
 Le Système des Nations Unies en Guinée depuis avril 2014, avec la signature d’une Lettre d’engagements mutuels qui accorde une place de choix au développement local, à l’accès à des services sociaux de qualité et à la protection des populations les plus vulnérables dans les zones minières

Ces différents partenariats ont permis :

 La réalisation d’un vaste programme de prévention grâce notamment à la sensibilisation par la paire éducation et la distribution de préservatifs,
 La mise en place de 6 centres de dépistage volontaire avec 8 265 tests en 2015 pour un objectif annuel de 4 266 tests.
 La mise en place de 6 sites PTME : 4 634 femmes enceintes testées en 2015 et 125 femmes séropositives qui ont initié la prophylaxie ARV sur un objectif annuel de 133.
 La mise en place de 6 sites de prise en charge médicale au sein desquels près de 700 patients ont reçu, en 2015, un traitement aux médicaments antirétroviraux (ARV) acquis sur financement propre des entreprises.
 L’élaboration et la diffusion d’une Politique de lutte contre le VIH en milieu de travail considérée comme une des « best practices » par le BIT.
vih
II. APERCU SUR LA NOUVELLE SUBVENTION POUR LA LUTTE CONTRE LE VIH

Après clôture du projet de la série 10 du Fonds Mondial (FM), sur la période décembre 2013 – septembre 2015, la CMG a de nouveau été sélectionnée, suite à un appel à candidature, pour une nouvelle subvention dans le cadre du Nouveau Modèle de Financement du Fonds Mondial

La Chambre des Mines de Guinée sera chargée du Domaine portant sur le « Partenariat public-privé, Co-investissement et lutte contre le VIH en milieu de travail » de septembre 2016 à novembre 2017.
La Subvention qui lui est accordée est destinée à financer
 Les activités de prévention et dépistage
 La gestion du programme (Administration – Ressources humaines)
 La Supervision et le suivi évaluation des activités

Impact du projet pour les entreprises

Le principal effet escompté de ces activités est une réduction des nouvelles infections à VIH, induisant une réduction des coûts liés à l’absentéisme, aux soins, etc.

Ces activités viendront compléter le dispositif déjà en place sur les sites miniers pour le dépistage volontaire (CDV) et pour la prise en charge médicale des malades (ARV).

III. LUTTE CONTRE LE PALUDISME

S’agissant de la lutte contre le paludisme qui demeure la première cause de consultation et d’hospitalisation, la CMG a pris d’heureuses initiatives pour mutualiser les efforts des entreprises et ceux des partenaires tant nationaux qu’internationaux.

C’est dans ce cadre que le PNLP et la CMG ont signé le 14 septembre 2016 un protocole de Partenariat public privé qui permettra aux entreprises d’accéder aux opportunités offertes par les bailleurs de fonds internationaux dont le Fonds mondial ainsi que de nombreux autres avantages.

palu
IV. LA PCSPG, UNE NOUVELLE OPPORTUNITÉ POUR RENFORCER LA SYNERGIE AVEC LES AUTRES PARTENAIRES DE LA CMG

La mise en place de la plateforme du secteur privé (PCSPG) constitue une nouvelle opportunité pour une plus large synergie d’action. Le modèle développé par la CMG qui a permis d’obtenir les résultats brièvement décrits plus haut, pourrait servir de source d’inspiration aux membres de cette plateforme et de base de collaboration avec ceux qui, parmi eux, sont confrontés à la même problématique.

La même opportunité pourrait être offerte aux entreprises membres du Patronat de Guinée (PAG), dans le cadre du partenariat conclu en juillet 2016, avec cette organisation patronale.

Il convient de rappeler à cet égard que la CMG, consciente de ses responsabilités vis-à-vis des communautés d’accueil de ses opérations et, se fondant sur l’étendue de la couverture géographique de ses interventions, a toujours privilégié et observé une démarche participative en associant chaque fois que de besoin, l’ensemble des acteurs concernés ou intéressés, du secteur privé et de la société civile (syndicats nationaux et ONG notamment).