LA GUINÉE MET EN ŒUVRE SA STRATÉGIE D’UTILISATION PARTAGÉE DES INFRASTRUCTURES CONNEXES AUX MINES

infra mine

La Guinée a signé, depuis juin 2015 à Paris, d’importants accords qui permettront l’utilisation en commun des infrastructures de l’Agence Nationale d’Aménagement des Infrastructures Minières (ANAIM)
Les infrastructures concernées sont le chemin de fer Kamsar-Sangarédi et le port de Kamsar dans la région de Boké.
Leur utilisation sera désormais partagée par la Compagnie des Bauxites de Guinée(CBG), contrôlée par l’Etat Guinéen et Halco (Rio Tinto Alcan, Alcoa et Dadco), la Compagnie de Bauxite et d’Alumine de Diandian (COBAD) contrôlée par Rusal et Guinea Alumina Corporation S.A. (GAC), contrôlée par Emirates Global Aluminum (EGA

Les accords signés sont les suivants:

1 – Le contrat multi-utilisateurs sur le chemin de fer, dont les co-signataires sont l’État guinéen, l’ANAIM, la CBG (à la fois concessionnaire et utilisateur),GAC et COBAD et qui définit les règles d’utilisation en commun du chemin de fer de Boké.
2 – Le contrat d’opérations portuaires liant l’État guinéen, l’ANAIM. GAC et la
CBG (en qualité de concessionnaire), qui traite des modalités d’utilisation par GAC du port de Kamsar.
3 – L’Accord portuaire liant l’État guinéen, l’ANAIM et GAC, qui confirme et détaille les droits conférés à GAC au niveau du Port de Kamsar en ce qui concerne plus spécifiquement les modalités de conception, de financement , de construction et d’exploitation du nouveau quai minéralier que GAC doit construire au port de Kamsar.
4 – Le contrat d’infrastructures liant l’État guinéen, l’ANAIM et GAC et qui concerne les droits et obligations de GAC relatifs à l’accès aux infrastructures existantes, à leur utilisation et leur extension.

La signature de ces accords ouvre la voie à des investissements d’un montant estimé à près de 7,3 milliards de dollars USD se distribuant comme suit :

Projet d’extension de capacité de CBG : 900 millions US$ permettant d’augmenter la production de 13,5 millions à 27 millions de tonnes de bauxite par an en 2022, avec une première étape intermédiaire de 19,5millions de tonnes en 2017, suivie d’une seconde à 22 millions de tonnes en 2018.
Projet de bauxite et d’alumine de GAC : 5-6 Milliards US$. La première phase d’un coût de 1,2 Milliard US$ devrait permettre de produire de 8 à 9 millions de tonnes par an.
Projet de bauxite et d’alumine de Dian Dian : 300 Millions US$ dont la première phase devrait permettre la production de 3 Millions de tonnes de bauxite par an.

Bureau de Presse de la Présidence