La CMG et Afriland Bank lancent un fonds de garantie en faveur des PME évoluant dans les zones minières

La chambre des mines de Guinée (CMG) et Afriland First Bank, ont procédé, ce lundi 11 mai 2020, à Conakry, à la signature d’un protocole d’accord, en vue d’accompagner les PME et les entrepreneurs, évoluant dans les zones minières.
Il s’agit d’un fonds de garantie désormais mis en place, et qui devrait être ravitaillé par les différents partenaires, notamment les miniers et les banquiers.
A l’occasion de la cérémonie de signature dudit protocole, le directeur général de Afriland First Bank, Guy Laurent Fondjo, a vanté la portée de ce fonds de garantie, pour les PME et les entrepreneurs locaux :
« C’est dans le cadre des activités des PME et PMI, qui vont bénéficier de l’accompagnement d’Afriland Fisrt Bank, et pouvoir disposer de fonds de garantie. Cela va faciliter l’accès de plusieurs PME aux crédits qui seront octroyés par Afriland First Bank. La disposition d’un fonds de garantie et cet accompagnement avec la chambre des mines, vont crédibiliser davantage les PME et PMI qui seront financées. Elle va aussi susciter plus d’appétit pour nous les banques. C’est une bonne voie pour continuer à financer l’économie des PME» a-t-il assuré devant la presse.
A sa suite, le président de la chambre des mines de Guinée (CMG), Monsieur Ismaël Diakité, s’est aussi réjoui de la signature de ce protocole d’accord avec son partenaire Afriland First Bank :
« Pour les entreprises minières, c’est un grand jour. Ce mécanisme qui a été mis en place et les fonds qui l’accompagnent, vont contribuer à financer les PME au niveau des compagnies minières et à faciliter le développement d’un tissu de PME autour des compagnies minières. De manière à ce que la chaîne de valeurs se développe davantage que et les guinéens se sentent impliqués dans le développement minier. Car le développement minier ne se limite pas seulement à exploiter et à exporter. Il faut aussi désenclaver économiquement les régions et zones dans lesquelles nous exploitons », a-t-il soutenu.
A souligner que ce fonds de garantie à première demande, est alimenté par une subvention de l’UNCDF, d’un montant de 100 mille dollars US.
Ce fonds recevra des contributions de la chambre des mines de Guinée (CMG), des sociétés minières et autres partenaires au développement.
Mosaiqueguinee

Riposte au Covid-19 en Guinée : l’équipe santé de la chambre des mines de Guinée prépare un PAO covid-19

 

Suite à la notification du premier cas de Covid-19 en Guinée, le 12 mars 2020, la Chambre des Mines de Guinée (CMG) a tenu un Conseil d’Administration extraordinaire le 25 mars 2020.
Ce conseil a décidé de sensibiliser les sociétés membres de la CMG afin de mobiliser rapidement des ressources pour soutenir l’action de l’ANSS et de ses partenaires nationaux et internationaux dans le cadre de la lutte déclenchée contre la pandémie du Covid-19.
Pour une première étape, les efforts des sociétés minières ont permis de mobiliser, à date, un montant de 935.263 USD dont une partie en numéraire et l’autre en nature.
Poursuivant ses efforts, la Chambre des Mines a élaboré un plan d’action en vue de répondre aux exigences de la lutte contre le Covid-19 en Guinée sur la base des recommandations de l’ANSS et de l’OMS.
Le plan d’action de la CMG représente donc la seconde étape dans son intervention face au COVID-19 et couvre un certain nombre de domaines d’activités :
L’amplificateur de la prévention en milieu communautaire comprenant, notamment, la fourniture de kits de lavage des mains et de masques, le soutien à la promotion des gestes barrière.
La gestion des urgences dans les zones minières, consistant à équiper les structures sanitaires en équipements de dépistage précoce.
La coordination du projet, consistant, entre autres, à faire le lien avec l’Agence Nationale de sécurité Sanitaire et diffuser une note de mise à jour tous les jours à tous les membres.
En résumé, ce plan d’action se décline en activités chiffrées, disponible aux membres pour le choix libre des lignes budgétaires qu’ils souhaiteraient financier.
Le Conseil d’Administration profite de la présente occasion pour féliciter l’ensemble des contributeurs et demande à tous les autres Membres n’ayant pas encore contribué directement à la mobilisation des ressources, de se manifester sans délais afin de soutenir et d’amplifier les premiers acquis.
Abdourahamane DIABY
Directeur Général de la SAG Trésorier de la Chambre des Mines de Guinée

L’exploitation minière face au Coronavirus: le président de la Chambre des mines rassure au lendemain du premier cas (Interview)


Le secteur minier, véritable locomotive de l’économie de la Guinée, gagnerait mieux à voir l’épidémie de Coronavirus vite contenue. C’est pourquoi les acteurs de ce secteur sont mobilisés pour participer à freiner la chaine de propagation. C’est du moins ce qu’annonce le président de la chambre des Mines de Guinée, au lendemain de la notification du premier cas de Covid-19 dans la zone minière de Kamsar.

Dans un entretien accordé à la rédaction de Guinee114, Ismaël Diakité a aussi tenu à rassurer de la poursuite des travaux avec des mesures de sécurité sanitaire protégeant à la fois les travailleurs et les riverains.

Guinee114.com: un cas déjà dans le secteur minier, notamment à Kamsar, quelle est votre réaction ?
Ismael Diakité: Nous sommes très surpris de cette nouvelle, qui touche l’employé d’un de nos membres qui est la CBG, qui joue un rôle assez important dans notre institution appelée Chambre des mines de Guinée. En temps normal, les questions de santé et sécurité sont au centre de nos politiques de gestion, en particulier celles qui concernent les employés, les collaborateurs, également les communautés.
Nous avons fait des concertations pour savoir l’état des lieux de nos membres, les dispositifs en place et comment procéder à la mobilisation des moyens matériels, financiers et humains afin d’associer ceux-ci aux efforts du gouvernement et les parties prenantes, dont les partenaires au développement, l’OMS en particulier.

Comment sont vos relations avec vos collègues de la CBG, où un cas est testé positif ?

On est surpris, mais pas étonnés et encore moins pas en situation de panique. Car chez nous, la prévention constitue le fondement de nos politiques de santé et de sécurité. Donc nous sommes en pleine solidarité avec nos collègues de la Compagnie de Bauxite de Guinée (CBG), et nous allons continuer à communiquer avec eux pour savoir comment circonscrire la pandémie dans cette zone où évolue la CBG et beaucoup d’autres entreprises minières qui sont membres de la Chambre des mines de Guinée.

Qu’est-ce que vous avez à dire aux populations de cette zone et à ceux qui y travaillent ?

J’assure à tout le monde la continuité des opérations…pour que notre économie puisse continuer à fonctionner. Nous allons continuer à renforcer les mesures barrière, le renforcement de la sensibilisation, le dépistage, la prévention et la prise en charge pratique et efficace.

Ce n’est pas le moment de la panique, on prend les mesures de la pandémie, nous avons les outils, nous avons l’engagement de travailler avec les partenaires sur le terrain. L’essentiel c’est d’assurer qu’il y ait à la fois la sécurité sanitaire renforcée pour les populations, les collaborateurs, et également notre économie continue à tourner en reposant sur le secteur minier en particulier.

Entretien réalisé par Souleymane Bah

MOBILISATION DES SOCIETES MINIERES DANS LA RIPOSTE A LA PANDEMIE DE COVID-19 EN GUINEE


L’apparition et la rapide progression du Covid 19 ont entraîné une crise sanitaire sans précédent qui frappe la quasi-totalité des pays du monde. En Guinée, suite à la notification du premier cas le 12 mars 2020, la Chambre des Mines de Guinée qui regroupe les principales entreprises minières du pays et leurs associés, a décidé de réunir le 25 mars 202O, un Conseil d’Administration extraordinaire, pour décider des mesures à prendre, dans le cadre d’une synergie d’action et en appui au gouvernement, afin de lutter efficacement contre cette nouvelle pandémie. Parmi les décisions fortes prises à l’issue de cette rencontre, il y a cet appel lancé à l’ensemble des membres de l’institution, pour la mobilisation de ressources spéciales en faveur des acteurs nationaux engagés dans la riposte, sous l’égide de l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire et en collaboration avec les partenaires techniques et financiers internationaux.
En réponse à cet appel, 955 263 USD ont été réunis à la date du 7 avril 2020, en provenance de :
• UMS (United Mining Supply) : 1.000.000.000 GNF pour des actions diverses de prévention et de prise en charge des malades.
• CBG (Compagnie des Bauxites de Guinée) : 150.000 USD,
• GAC/EGA (Guinea Alumina Corporation) : 200.000 USD en matériel,
• SMB-Winning(Consortium Société Minière de Boké SMB-Winning) : 250.000 USD,
• SMD (Société Minière de Dinguiraye) : 30.000 USD ;
• SAG (Société Anglogold Ashanti de Guinée) : 200.000 USD,
• AMC (Alliance Mining Commodity): 10.000 USD,
• AMR (Alliance Minière Responsable): 10.000 USD.
Il importe de souligner qu’en plus de ces contributions, les entreprises minières ont engagé, dans le cadre de cette lutte, d’importantes actions sur les sites, dédiées à la prévention et à la prise en charge des cas avérés de Covid 19, en faveur de leurs employés et ayant droits et des communautés d’accueil de leurs opérations.
Le Conseil d’Administration profite de la présente occasion pour féliciter l’ensemble des contributeurs et demande à tous ses autres Membres de se mobiliser aussi afin de soutenir et d’amplifier ces premiers acquis.
La Chambre des Mines et ses membres réaffirment leur engagement à soutenir, comme par le passé, l’action du gouvernement et de ses partenaires internationaux pour la rapide éradication de la pandémie du Covid 19.

MOBILISATION DES SOCIETES MINIERES DANS LA RIPOSTE A LA PANDEMIE DE COVID-19 EN GUINEE


L’apparition et la rapide progression du Covid 19 ont entraîné une crise sanitaire sans précédent qui frappe la quasi-totalité des pays du monde. En Guinée, suite à la notification du premier cas le 12 mars 2020, la Chambre des Mines de Guinée qui regroupe les principales entreprises minières du pays et leurs associés, a décidé de réunir le 25 mars 202O, un Conseil d’Administration extraordinaire, pour décider des mesures à prendre, dans le cadre d’une synergie d’action et en appui au gouvernement, afin de lutter efficacement contre cette nouvelle pandémie. Parmi les décisions fortes prises à l’issue de cette rencontre, il y a cet appel lancé à l’ensemble des membres de l’institution, pour la mobilisation de ressources spéciales en faveur des acteurs nationaux engagés dans la riposte, sous l’égide de l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire et en collaboration avec les partenaires techniques et financiers internationaux.
En réponse à cet appel, 955 263 USD ont été réunis à la date du 7 avril 2020, en provenance de :
• UMS (United Mining Supply) : 1.000.000.000 GNF pour des actions diverses de prévention et de prise en charge des malades.
• CBG (Compagnie des Bauxites de Guinée) : 150.000 USD,
• GAC/EGA (Guinea Alumina Corporation) : 200.000 USD en matériel,
• SMB-Winning(Consortium Société Minière de Boké SMB-Winning) : 250.000 USD,
• SMD (Société Minière de Dinguiraye) : 30.000 USD ;
• SAG (Société Anglogold Ashanti de Guinée) : 200.000 USD,
• AMC (Alliance Mining Commodity): 10.000 USD,
• AMR (Alliance Minière Responsable): 10.000 USD.
Il importe de souligner qu’en plus de ces contributions, les entreprises minières ont engagé, dans le cadre de cette lutte, d’importantes actions sur les sites, dédiées à la prévention et à la prise en charge des cas avérés de Covid 19, en faveur de leurs employés et ayant droits et des communautés d’accueil de leurs opérations.
Le Conseil d’Administration profite de la présente occasion pour féliciter l’ensemble des contributeurs et demande à tous ses autres Membres de se mobiliser aussi afin de soutenir et d’amplifier ces premiers acquis.
La Chambre des Mines et ses membres réaffirment leur engagement à soutenir, comme par le passé, l’action du gouvernement et de ses partenaires internationaux pour la rapide éradication de la pandémie du Covid 19.

GAC : Aissata Béavogui, récipiendaire du prix « MIGA Gender CEO Awards 2020 »


Guinea Alumina Corporation S.A (GAC) est fière d’annoncer que Mme Aissata Béavogui, directrice générale de la société recevra le prestigieux prix « MIGA Gender CEO Awards 2020 » décerné annuellement par l’Agence Multilatérale de Garantie des Investissements (MIGA), membre du groupe Banque Mondiale. Mme Béavogui recevra ce prix le 5 mars prochain dans le cadre d’une cérémonie officielle qui aura lieu siège social de la Banque Mondiale à Washington.
Ce prix, lancée en 2016, récompense les cadres supérieurs des clients de l’agence qui s’impliquent activement dans la promotion de l’égalité des sexes, la réduction de la pauvreté et la stimulation d’une prospérité partagée.
Aissata Béavogui a été désignée cette année en raison de son engagement personnel et de son leadership dans l’implémentation d’actions positives en faveur des communautés riveraines à la concession minière de GAC. Le MIGA reconnaît particulièrement son engagement dans la promotion des femmes et de l’égalité des sexes, mais aussi le travail qu’elle mène pour l’autonomisation financière des femmes à travers la mise en place d’activités génératrices de revenus et l’accès aux microcrédits.
En tant que directrice générale, Aïssata Béavogui a conduit de nombreux projets contribuant à améliorer de manière significative les conditions de vie des personnes affectées par les activités minières de GAC. Elle dirige la mise en œuvre de programmes sociaux permettant d’avoir un impact positif au sein des communautés par le biais d’écoles et de centres de santé, l’amélioration de la productivité animale et de l’agriculture, la formation des jeunes et des adultes.
Hiroshi Matano, vice-président exécutif du MIGA, a déclaré : « MIGA apprécie son partenariat avec Guinea Alumina Corporation et nous pensons que le fait de braquer les projecteurs sur vous et sur le travail de l’entreprise en Guinée inspirera de nouveaux investissements dans le pays qui sont essentiels pour obtenir des résultats positifs en matière de développement ».
Après avoir appris qu’elle sera la récipiendaire du « MIGA Gender CEO Awards 2020 », Aissata Béavogui a déclaré : « C’est un grand honneur de recevoir ce prix. J’ai l’intime conviction qu’il ne saurait y avoir de développement durable en Afrique sans une implication profonde des femmes. Elles restent un pilier important pour la construction d’un continent économiquement et socialement puissant. »

La SMB a versé plus de 17 millions de dollars dans le cadre de sa politique de relations communautaires en 2019


La Société Minière de Boké (SMB) a publié aujourd’hui le rapport annuel de son département des relations communautaires, qui revient sur les différentes actions menées par la SMB en termes de développement local. Depuis sa création, la SMB a toujours pris en compte le contexte environnemental et social tout au long de la chaîne des opérations.
En 2019, la SMB aura donc versé 17 324 541 dollars US dans le cadre de sa politique de relations communautaires. Ce montant correspond à trois principaux postes de dépense (exprimés ci-dessous en francs guinéens) :
· Les projets de développement local et actions communautaires de la SMB, qui représentent un montant de 28 800 945 152 francs guinéens ;
· Le montant total des compensations communautaires, s’élevant à 107 093 101 092 francs guinéens ;
· Les cotisations de la SMB versées en mars 2019 au Fonds de développement économique local (FODEL), s’élevant à 37 351 377 351 francs guinéens dans la mesure où elles couvrent les exercices de la SMB de 2015 à 2018 inclus.

La SMB accorde une importance particulière à l’après-mine et à la diversification de l’économie locale, en privilégiant notamment les projets dans l’agriculture, toujours en s’appuyant sur des partenaires locaux. Dans les localités de Kaboye, Katougouma, Dapilon, Dabis et Karick-Madina, la SMB a soutenu le développement de projets agricoles et a notamment introduit la culture sous serre dans la région de Boké.
La SMB est également un acteur de premier plan pour la construction et la rénovation d’infrastructures sociales dans la région. La SMB a fait de l’accès à l’eau potable une priorité pour les communautés en zones minières. En 2019, la SMB a réparé 20 forages et réalisé 15 forages, dont trois se sont vus dotés d’aérateurs pour expulser les traces de ions de fer afin de rendre l’eau potable. La SMB a construit également en 2019 une école primaire à Katougouma avec des logements pour les enseignants, rénové la maison des jeunes à Kolaboui et construit un hangar de marché à Mansalia.
En parallèle, le département des relations communautaires participe à la vie culturelle et sportive de la région de Boké. En 2019, la SMB a organisé la seconde édition du mini-marathon de Boké qui a réuni plus de 600 participants.
Pour Fadi Wazni, Président du Conseil d’Administration de la SMB : « Notre réussite opérationnelle tient au fait que la SMB, en tant qu’entreprise citoyenne, investit dans la formation, crée des emplois, soutient le développement local et anticipe l’après-mine. Il n’y a pas de projets miniers viables sans une logique de développement durable et c’est pourquoi nous répliquerons ces principes dans tous nos projets futurs ».
« En matière d’obligations communautaires, la SMB a toujours cherché à aller au-delà de ses obligations légales, explique Frédéric Bouzigues, Directeur Général de la SMB. C’est en étant un véritable acteur du développement local qu’une entreprise minière peut réellement s’implanter dans une région et être acceptée par les populations ».
À propos de la SMB
Fondé en 2014, le Consortium SMB-Winning regroupe quatre partenaires mondiaux dans les domaines de l’extraction, de la production et du transport de bauxite : le singapourien Winning Shipping Ltd, armateur asiatique de premier plan ; UMS, une société de transport et de logistique présente en Guinée depuis plus de 20 ans ; Shandong Weiqiao, une société chinoise leader dans la production d’aluminium ; et Yantaï Port Group. L’État de Guinée, partenaire et membre du Consortium, est actionnaire à hauteur de 10%.
Alors qu’il a déjà investi près de 1,5 milliard de dollars US dans ses activités dans la région de Boké, le Consortium a également lancé le Projet Boffa-Boké, comprenant une ligne de chemin de fer de 135 kilomètres dans un corridor s’étendant du terminal fluvial de Dapilon aux nouvelles zones minières de Santou II et de Houda, et la construction et l’exploitation d’une raffinerie d’alumine dans la région de Boké. L’investissement total consenti pour l’intégralité du Projet Boffa-Boké par le Consortium est estimé à 3 milliards de dollars US.

Santé et Sécurite dans les mines : S’inspirer de l’exemple du Canada

Les travailleurs sont une ressource inestimable de l’industrie minière qui ne lésine aucun effort pour assurer leur santé et leur sécurité. La fréquence sans cesse à la baisse des accidents démontre le sérieux avec lequel les sociétés minières abordent cette question. L’Association minière du Québec appuie ses membres par le biais de son comité « Santé et prévention des accidents » où les participants échangent sur les meilleures pratiques en santé et sécurité des travailleurs et l’importance d’adopter de saines habitudes de vie afin de prévenir les accidents dans les mines.

L’AMQ a aussi créé un comité stratégique en santé et sécurité du travail (SST) sur lequel siègent plusieurs membres de la haute direction de différentes mines québécoises. L’objectif de ce comité est d’amener la SST vers l’excellence en établissant des stratégies et en donnant des orientations en vue d’influencer l’industrie minière, en validant et en appuyant, le cas échéant, les projets novateurs à haut potentiel.

Sauvetage minier

Afin de mieux coordonner les efforts de sauvetage minier, l’Association minière du Québec a mis sur pied le programme CATAMINE qui permet de coordonner les efforts et l’envoi d’équipements en cas d’urgence. L’AMQ distribue chaque année une liste exhaustive des personnes-ressources et des équipements disponibles en cas d’urgence. CATAMINE est un comité d’entraide entre les mines en cas d’accidents ou de sinistres majeurs. CATAMINE travaille conjointement avec l’équipe de sauvetage minier de la CNESST, qui forme des sauveteurs volontaires, pour l’élaboration du Manuel de formation en sauvetage minier, contribuer à la réflexion et appuyer les initiatives qui visent à améliorer les techniques d’intervention sous terre et les équipements des équipes de sauvetage minier.

Programme d’audits miniers

Pour faire en sorte que les entreprises adoptent de bonnes pratiques en santé et sécurité, l’AMQ a mis en place un programme d’audits miniers qui permet aux entreprises intéressées de se faire auditer sur six domaines particuliers :
La conformité à la loi et aux règlements en santé et sécurité du travail;
Le plan de mesures d’urgence;
Les activités de prévention;
Le contrôle terrain;
La santé et l’hygiène industrielle;
L’entretien mécanique et électrique.
Après avoir effectué une visite terrain sur les sites miniers concernés, les auditeurs produisent un rapport avec des recommandations à l’attention de la direction du site et les entreprises ont alors 60 jours pour soumettre un plan d’action apportant les correctifs demandés.

Formation du travailleur minier

L’Association minière du Québec a mis en place des programmes de formation pour aider à prévenir les accidents. C’est le cas de la Formation modulaire du travailleur minier, obligatoire pour les mines souterraines. Personne ne peut aller sous terre sans avoir suivi ce cours, pas même les fournisseurs de services. Cette formation de douze modules traite entre autres de travail en hauteur, de consolidation du terrain, d’explosifs et de règlementation en santé et sécurité.

Trophée F.J. O’Connell

Depuis 1966, l’Association minière du Québec attribue annuellement le trophée F.J. O’Connell afin de sensibiliser les travailleurs et les superviseurs à l’importance du travail d’équipe pour prévenir les accidents, et ce, dans trois catégories :
Opérations souterraines avec moins de 400 000 heures travaillées;
Opérations souterraines avec plus de 400 000 heures;
Opérations de surface, transport et première transformation des métaux.
Les critères d’attribution de ce trophée tiennent compte de l’amélioration de la performance d’une entreprise, de la performance de cette entreprise par rapport à la moyenne de l’industrie et de la fréquence combinée des accidents d’une entreprise en fonction des valeurs cibles déterminées. L’objectif : valoriser l’atteinte d’un haut niveau de performance.
L’Association félicite les récipiendaires pour l’année 2018 dans les trois catégories suivantes :
Catégorie Opérations souterraines – moins de 400 000 heures : Mine Beaufor de Corporation Aurifère Monarques
Catégorie Opérations souterraines – 400 000 heures et plus : Newmont Goldcorp – Éléonore
Catégorie Opérations de surface, transport et première transformation des métaux :Usine de Bedford de Graymont

Interview de Mr Ismael DIAKITE, Président de la CMG, accordée à la Radio Nostalgie, en collaboration avec le site Nimbagold.info

Nimbagold.info : Monsieur le président que pouvons-nous retenir de la chambre des mines de Guinée en terme de présentation ?
Ismaël DIAKITE : La chambre des mines de Guinée est une union patronale qui a été créée depuis 1998 par les chefs d’entreprises. A l’époque, nous étions constitués comme une ONG. En raison des enjeux du secteur minier en ce moment, nous avons décidé de nous mettre ensemble pour à la fois protéger et promouvoir nos intérêts. Et en même temps, développer un partenariat avec l’ensemble des structures du secteur privé pouvant intervenir dans l’amélioration du climat des affaires en Guinée.
Parlez-nous de sa composition
Nous avons le conseil d’Administration dont les membres sont élus. Aujourd’hui, nous sommes douze(12) membres à siéger au conseil d’administration. Et c’est ce conseil qui prend en charge l’ensemble des orientations des directives de l’assemblée générale pour développer des politiques, des stratégies en fonction justement de l’intérêt majeur que nous défendons. Ensuite, il y a un bureau exécutif qui se réuni pratiquement une fois par mois en fonction des sujets à débattre. Il fait des recommandations à l’organe supérieur qui est le conseil d’administration. Ce dernier siège quant à lui tous les trimestres. Et en fin de compte, il y a la direction exécutive qui est l’organe d’exécution de toutes les tâches quotidiennes liées au plan d’action et aux stratégies que nous développons au niveau du conseil.
Quelle est la place de la chambre des mines dans le secteur minier guinéen ?
La chambre des mines de Guinée est un foyer d’idées, un foyer d’arguments et un foyer où les chefs d’entreprises du secteur minier sont réunis pour pouvoir agir sur les politiques, les programmes qui influencent directement le secteur minier. Nous sommes une organisation d’hommes d’affaires qui veillent à l’intérêt du secteur et à sa connexion avec les objectifs de développement économique et social de la Guinée.
Cela fait maintenant un mois que vous dirigez la Chambre des mines de Guinée, quelles sont les activités prioritaires que vous avez déjà entreprises sur le terrain ?
Il y a beaucoup d’activités que nous menons avec des partenaires au développement notamment dans le renforcement des capacités des membres de la chambre des mines et de tout ce qu’il y a comme structure d’accompagnement du secteur. Nous avons aussi des programmes d’appui dans le domaine de la santé en faveur des communautés environnantes ou même au niveau de nos travailleurs.
Notre priorité est aussi tout ce qui concerne la bonne gouvernance, la transparence dans le secteur minier. Nous siégeons dans des organismes nationaux et internationaux où nous faisons prévaloir nos intérêts et essayons d’être en pleine conformité avec les standards, les normes en la matière. Nous travaillons sur toutes les questions transversales liées par exemple à la fiscalité interne ou bien à la fiscalité de porte qui agissent directement sur le niveau de nos entreprises en exploitation, tout en restant conforme à la prescription de l’Etat.
Nous avons beaucoup d’autres activités avec les partenaires au développement, notamment le système des nations unies, le fond des Nations Unies pour la population (UNFPA) et le fond des nations unies pour le financement du capital(UNFC) au bénéfice des guinéens.
Avez-vous des activités que vous réalisées dans le cadre de la promotion du contenu local ?
Bien entendu, ça c’est un élément essentiel de la politique du gouvernement. Le contenu local nous intéresse à plus d’un titre. Il y a un engagement fort de la part de nos membres. Et ceci se traduit non seulement par la promotion des emplois locaux, mais également les achats locaux, la sous-traitance locale et tout ce qu’il y a comme développement des capacités internes pour pouvoir positionner le secteur privé guinéen dans le domaine de la fourniture des biens et services aux entreprises minières.
Selon nos informations vous avez dans le passé dirigé la chambre des mines. Vous venez d’être élu encore pour diriger les destinées de Cette structure pour les prochaines années. Quels sont vos sentiments par rapport à ce choix porté une fois de plus sur vous par vos paires ?
Pour être très précis là-dessus, c’est la première fois que je suis élu comme président par les membres du conseil d’administration. Les deux précédentes fois étaient des présidences intérimaires.
Pour la première fois, c’était justement faire des reformes au niveau de la chambre des mines de 1997-1998.En ce moment, il y avait nécessité de refondre les organes et même de donner un nouveau statut à la chambre. Un groupe a été mis en place pour réaliser cette réforme statutaire. L’honneur m’a été accordé de présider les travaux de ce groupe pour 6 mois. Et à la suite de ces travaux, la chambre des mines a été transformée d’une ONG à une union patronale.
Puis en 2016, j’avais pris la succession du président d’alors .Il s’agit de son excellence monsieur Mamady Youla qui venait d’être nommé comme premier ministre . Et là je suis resté pratiquement 11 mois. Au bout du 11 ème mois, j’ai dû choisir d’autres projets pour aller travailler ailleurs. Donc là, j’ai fait une démission. La place est restée vacante. C’était donc des présidences transitoires.
Et cette fois-ci, c’est une présidence où j’ai été élu par mes paires. Et je tiens à les remercier pour la confiance qu’ils ont placée en moi à l’occasion de cette élection-là. Et surtout je remercie la direction de la société minière de Boké(SMB) que je représente au sein de cet organe.
Quels sont vos programmes dans le futur ?
La chambre n’est pas une institution récente. Il a un passé. On va essayer de consolider l’ensemble des acquis de nos prédécesseurs en particulier tout ce qui concerne l’organisation interne. Nous allons nous procurer d’un nouveau siège. Construire la maison du minier qui va être le point de rencontre de l’ensemble des chefs d’entreprises du secteur minier et des parties prenantes qui travaillent avec nous.
L’autre chose qui est important, c’est que la Guinée vient d’abriter le siège de l’organisation minière africaine. Et nous comptons comme nous l’avons déjà fait dans un passé récent, nous impliquer dans la consolidation de cet acquis. La Guinée étant un pays minier, il faudrait que cette présence d’une organisation africaine qui va travailler dans le secteur minier profite au mieux au secteur minier guinéen.
Nous allons aussi mettre en place, un cadre convenable à l’ensemble des chefs d’entreprises pour pouvoir discuter des grands axes de la politique minière guinéenne. Que ça soit le contenu local que vous avez évoqué tout à l’heure. La question de la gestion environnementale qui est fondamentale pour la soutenabilité, la durabilité de l’activité minière en Guinée.
Aussi, Dans le domaine de la gouvernance, nous avons des accords sur la formation professionnelle et sur les projets communautaires comme je le disais tantôt avec un certains nombres de partenaires étrangers. Nous allons les mettre en œuvre pour contribuer à aider nos collègues à mieux intégrer, les composantes sociales et communautaires dans leur politique de tous les jours. Ce sont des axes sur lesquels nous allons continuer à travailler.
Toutes les entreprises minières évoluant dans notre pays à l’heure où vous nous accordiez cette interview sont-elles membres de la chambre des mines de Guinée ?
Pas toutes, il y a deux trois ou quatre du secteur formel qui ne sont pas encore membre. Mais une des démarche que nous allons faire, dans les prochaines semaines, c’est d’aller justement envers ces entreprises-là, pour leur faire connaitre la chambre des mines et le secteur minier d’avantage. Et je n’ai aucun doute que celles qui trainent les pieds vont finir par nous rejoindre. Parce qu’il y a beaucoup de sujets commun à nous tous. Qui ne pourront trouver leur solution qu’en mettant nos effort ensemble nos énergies ensemble et nos expertises ensemble.
A peu près il y a combien de sociétés qui sont membres de la chambre des mines ?
On a une cinquantaine d’entreprises, à ce jour, réparties entre les différentes catégories de membre : les fondateurs, les membres affiliés, les membres associés et les titulaires.
Quels sont vos rapports avec le gouvernement guinéen ?
Ça ne peut se passer autrement que de la bonne manière. Nous sommes là, pas seulement pour protéger et promouvoir l’intérêt de nos membres. Mais nous sommes là également pour supporter le gouvernement et l’accompagner dans sa politique non seulement du développement du secteur minier dans les meilleures conditions possibles. Mais également d’une manière générale du développement économique et social du pays. Donc, on est un partenaire au gouvernement par rapport au secteur minier.
Quelles sont vos ambitions pour le secteur minier de façon générale ?
Nous sommes tous engagés individuellement et collectivement à assurer un développement du secteur minier qui soit le plus harmonieux que possible tolèrent pour l’environnement, bénéfique pour les communautés et surtout soutenables pour le gouvernement aussi. Je pense que tout ce qui ressort de la politique du contenu local, tout ce qui ressort du plan de gestion environnemental auxquels chacune de nos entreprises s’emploie à réaliser, constitue pour nous de bonne raison de croire qu’à long terme ce qui va faire le bénéfice pour nous tous :investisseurs miniers et gouvernement. Et qui fera en sorte que la Guinée tire le maximum de ressource de l’exploitation de ses ressources minières.
Quel message avez-vous à faire passer pour boucler cet entretien ?
Pour dire peut-être que le secteur minier guinéen est en plein essor. Il y a une attractivité et un intérêt manifeste de la part des investisseurs étrangers. On ne pourra jamais venir à bout de la valorisation de nos ressources minières, sans attirer, sécuriser et pérenniser les investissements. Donc on doit prendre conscience de cela, heureusement ça se traduit dans certaines politiques et on doit s’engager dans cette voie-là. La Guinée seule ne pourra jamais investir dans un secteur minier qui puisse profiter le plus largement, le plus durablement à la population guinéenne et au gouvernement guinéen. Donc c’est un appel à toutes les parties prenantes : les investisseurs, le gouvernement, les communautés, les partenaires au développement pour que nous puissons tous nous engagés dans une politique de sauvegarde de nos acquis et de promouvoir le secteur minier guinéen, dans les meilleures conditions de sécurité et de durabilité. Voilà ce que je peux donner comme message.
Merci monsieur le président d’avoir répondu à nos questions
Je vous remercie
Entretien réalisé par Toumany CAMARA

Annonce : La Chambre des Mines de Guinée a un nouveau Président

M. Ismaël DIAKITE, nouveau PCA

La Chambre des Mines de Guinée (CMG) est heureuse d’annoncer l’élection de Monsieur Ismaël DIAKITE au poste de Président du Conseil d’Administration, au cours de son Assemblée Générale du 27 septembre 2019.

Représentants des Sociétés minières à l’AG

M. Diakité, actuel Directeur Général Adjoint de la Société Minière de Boké (SMB), a déjà occupé le poste de Président de la CMG au compte du Groupe Rio Tinto et de hautes fonctions au sein du consortium SMB-Winning.
La Chambre des Mines de Guinée se réjouit à la perspective de collaborer avec lui afin de veiller à ce que l’institution continue de réaliser sa mission, c’est-à-dire promouvoir et défendre l’intérêt de tous ses membres.
Par ailleurs, nous souhaitons remercier M. Malick N’Diaye, Président sortant, pour sa contribution et son travail exceptionnels pour le rayonnement de la CMG pendant son mandat.

Les membres du B.E & Poignée de main entre les Présidents sortant et entrant

A retenir qu’à l’issue de l’Assemblée Générale du 27 septembre dernier, le nouveau Bureau Exécutif de la CMG est composé comme suit :
1) Président : Société Minière de Boké (SMB)
2) 1er VP : Compagnie des Bauxites de Guinée (CBG)
3) 2ème VP : Alliance Mining Commodities (AMC)
4) Trésorier : Sociéié Anglogold Ashanti de Guinée (SAG )
5) Le Directeur Exécutif de la CMG