Introduction à la Lettre de Politique de Promotion du contenu local dans le Secteur Minier


Ce document énonce la Politique de promotion du Contenu Local de la République de Guinée dans le secteur minier, en vue de maximiser les retombées économiques et sociales découlant des investissements dans ce secteur. On entend par politique de promotion de contenu local l’ensemble des politiques, mesures et opérations qui concurrent au renforcement des capacités des ressources humaines, entrepreneuriales et matérielles locales, au développement du transfert de technologies, à l’utilisation des compétences, biens et services locaux et la création des valeurs additionnelles mesurables à l’économie locale.
L’Industrie minière continuera de jouer, dans les années à venir, un rôle de premier plan dans la promotion de la croissance socio-économique en Guinée. Il importe toutefois de s’assurer que ce secteur serve également de point d’ancrage facilitant le développement et la diversification des autres secteurs économiques. D’importantes opportunités s’ouvrent actuellement à cet égard, en raison notamment des concessions minières majeures autorisées au cours des dernières années. D’où la priorité pour le gouvernement d’élaborer et mettre en œuvre une Politique de promotion du contenu local efficace dans le secteur minier.
Une telle Politique permettra de mettre en place des actions gouvernementales robustes et coordonnées, sans toutes ajouter de nouvelles contraintes réglementaires dans le secteur minier, conformément aux objectifs de promotion et d’attraction des investissements poursuivis par le gouvernement.
Ces actions, qui incluront toute réforme réglementaire globale et/ou sectorielle nécessaire, conduiront à des solutions concrètes aux problèmes actuels entravant l’essor des secteurs connexes à l’exploitation minière et le développement de l’emploi pour la population guinéenne.
Outre, cette volonté de l’Etat, le succès de la Politique de promotion du contenu local dépend également de l’engagement de l’Industrie minière dans sa mise en œuvre. L’implication des secteurs public et privé doit aboutir à une action concertée et coordonnée menant à la maximisation des retombées économiques des projets miniers en Guinée, conformément à une approche par laquelle tous les intervenants tirent profit de l’activités minière.
Cette Lettre de politique de promotion du contenu local dans le secteur minier est conforme aux orientations de la politique nationale du contenu local.

ZOOM SUR LES MÉCANISMES ET LES PROCÉDURES DE FONCTIONNEMENT DU FONDS DES SOCIÉTÉS MINIÈRES POUR LE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE LOCAL (FODEL)


La Chambre des Mines et plusieurs entreprises minières ont pris part à un séminaire – atelier le 9 Mai 2018, organisé conjointement par le Ministère des Mines et de la Géologie (MMG) et celui de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation (MATD) à Conakry.
Au cours de ce séminaire, des informations ont été données sur le dispositif juridique et opérationnel de mise en œuvre du FODEL.
En effet, le Gouvernement de la République de Guinée a élaboré en 2013 un Code Minier dont l’un des apports majeurs est la confirmation que les activités minières doivent permettre d’assurer des retombées plus importantes aux communautés riveraines des exploitations. Aux termes de l’article 130 de ce code, le titulaire d’un titre d’exploitation minière doit contracter une Convention de Développement Local avec la communauté locale résidant sur ou à proximité immédiate et accompagner cette convention d’une Contribution en ressources financières permettant de participer au Développement Économique Local.
Le montant de la Contribution au Développement Local, est fixé à zéro virgule cinq pour cent (0,5%) du chiffre d’affaires de la société réalisé sur le Titre minier de la zone pour les substances minières de catégorie 1 et à un pour cent (1%) pour les autres substances minières. Il est prévu de loger cette contribution dans un Fonds de Développement Economique Local (FODEL).
En application de l’article 130 du code minier, le Décret D/2017/285/PRG/SGG du 31 octobre 2017, portant modalités de constitution et de gestion du FODEL pris par le Président de la République, définit les modalités d’utilisation de cette Contribution au Développement Local et les règles de fonctionnement et de gestion du Fonds de Développement Economique Local (FODEL). Ainsi le fonds est destiné au financement de projets relevant des domaines d’intervention suivants :
• le développement des infrastructures et des équipements de base ;
• le développement des services sociaux de base et l’amélioration du cadre de vie ;
• la promotion de l’emploi local ;
• le développement de l’économie locale ;
• la réalisation des projets d’intercommunalité ;
• le développement du capital humain
Par arrêté conjoint N° A/2017/6326/MMG/MATD/SGG du 22 novembre 2017 du Ministère en charge des Mines et de la Géologie et de celui en charge de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation, un Comité Technique d’Appui à la Gestion du FODEL (CAGF) est institué. Le CAGF est la principale entité de la mise en œuvre du suivi au niveau de chaque préfecture minière des projets financés par le FODEL. Les ressources qui alimentent le FODEL sont apportées via un compte bancaire spécifique par chaque société minière en exploitation effective évoluant dans la ou les préfectures couvertes par le titre d’exploitation minière.

Le décret instituant le FODEL a ainsi défini divers acteurs et bénéficiaires dont les différentes interactions ont été reprécisées par l’arrêté conjoint du MATD et du MMG.
Un comité conjoint relevant du MMG et du MATD assure le pilotage de tout le dispositif. Au niveau local, les collectivités et l’administration déconcentrée sont impliquées à diverses échelles de la gouvernance de ressources du FODEL. A côté des collectivités, les sensibilités diverses comme les acteurs de la société civile, les organisations représentatives des femmes et des jeunes sont également impliqués.
Les sociétés minières assistent comme observateurs dans les réunions sur l’utilisation de ressources qu’elles apportent au titre du FODEL.
A ce stade, les sociétés minières contributrices concernées sont les suivantes :
– La Compagnie de Bauxite de Guinée (CBG) située dans la préfecture de Boké;
– La Compagnie de Bauxite de Kindia (CBK) évoluant dans la Préfecture de Kindia;
– La Société Minière de de Boké (SMB) évoluant dans la Préfecture de Boké;
– La Société Minière de Dinguiraye (SMD) évoluant dans les Préfectures de Dinguiraye et Siguiri;
– La Société Aurifère de Guinée (SAG) évoluant dans la Préfecture de Siguiri.
– La société HENAN Chine évoluant dans la Préfecture de Boké
– La société ALUFER évoluant dans la préfecture de Boffa

Initiative pour la Transparence dans les Industries Extractives : Le plaidoyer du Secrétariat Exécutif de l’Itie-Guinée à la réunion de la Fédération des Chambres des Mines de la CEDEAO à Conakry

Sur invitation de la CMG, M. Mamadou Diaby, Secrétaire Exécutif de l’ITIE-Guinée a pris part à la cérémonie d’ouverture des réunions de la Fédération des Chambres des Mines de la CEDEAO à Conakry, le 2 mai 2018. Mettant à profit l’ opportunité qui lui a été ainsi offerte, il a informé les Sociétés minières que la Guinée doit passer un examen en vue de sa validation, par le Secrétariat international de l’ITIE, à partir du 1er juillet 2018. Cette validation passe par une évaluation très importante dans la mesure où elle requiert le respect de toutes les exigences de l’ITIE.
Les Entreprises minières étant partie prenante au processus de l’ITIE, le Secrétaire Exécutif de l’ITIE-Guinée a donc invité les Sociétés minières à participer activement à :
– L’élaboration du Rapport 2016 qui reste l’un des éléments d’appréciation de l’évaluation, en remplissant les formulaires de déclaration et en les communiquant à temps à l’Administrateur indépendant
– Aux réunions du Comité de pilotage où sont prises les décisions
– Au financement du processus de l’ITIE en Guinée
Pour rappel, la Guinée a été déclarée pays conforme aux normes de l’ITIE en juillet 2014, et concernant l’ITIE, il faut noter que plusieurs pays du monde regorgent d’énormes ressources pétrolières, gazières et minérales dont l’exploitation génère d’importants revenus. Paradoxalement ces ressources n’ont pas engendré le développement souhaité du fait de la mal gouvernance, du manque de transparence et du non- respect de l’obligation de rendre compte aux populations ; d’où l’expression « la malédiction des ressources minières ».
Pour inverser cette tendance, la société civile a fait du lobbying à travers les cinq continents pour exiger la transparence dans le secteur minier. C’est ainsi que l’ITIE est lancée en 2002. L’adhésion de la Guinée au processus a été faite en 2005.
Moustapha KEITA

Lutte contre le VIH/Sida : La Chambre des Mines de Guinée reçoit un satisfécit de Population Service International en Guinée (PSI-Guinée)


La CMG vient de bénéficier de la reconnaissance de l’ONG PSI Guinée , par la voix de M. Peter CLANCY, son Représentant Résident, qui lui a aussi décerné le 6 Avril 2018 une attestation « pour sa performance dans l’exécution des activités en qualité de sous bénéficiaire dans la subvention FOND MONDIAL (VIH) – GNI-H-PSI du 1er septembre 2016 au 31 décembre 2017 ».
En effet, la CMG a été sélectionnée par PSI Guinée comme Sous Récipiendaire de la subvention obtenue par la Guinée en 2016 au titre du Nouveau Modèle de financement, chargée spécifiquement du Domaine 5 « Partenariat public privé, Co-investissement et Lutte contre le VIH en milieu de travail ».
Dans le cadre de la mise en œuvre du Plan d’actions de ce Projet, la CMG a organisé de nombreuses campagnes de sensibilisation et de dépistage volontaire du VIH sur les sites miniers de la Guinée.
A noter que Population Service International en Guinée (PSI-Guinée) a été créée en 1991, Cette ONG internationale a évolué dans les domaines de la lutte contre le VIH/SIDA, la Prévention du Paludisme, la Planification familiale, la survie maternelle et infantile à travers le Marketing Social des Préservatifs « Prudence Plus », les Contraceptifs hormonaux (oraux et injectables) Planyl et Equilibre, les sels de réhydratation orale (ORASEL/Zinc) et la solution de traitement de l’eau (Sur’Eau).
– La lutte contre les mutilations génitales féminines (MGF).

M. KEITA

Initiative de Transparence dans les Industries Extractives : Adoption des Termes de référence révisés du Groupe Multipartite (GMP) de l’ITIE – Guinée


La Chambre des Mines de Guinée a participé à la réunion du C.P de l’ITIE, le jeudi 12 avril dernier, dans la salle de conférence du Ministère des Mines et de la Géologie. La réunion a été présidée par Mr Saadou Nimaga, Secrétaire Général du Ministère des Mines et de la Géologie et a enregistré la participation des représentants de la CMG et des Sociétés minières telles que la CBG et la SAG.
Examen et adoption des Termes de référence révisés du Groupe Multipartite (GMP) de l’ITIE – Guinée
Principal point à l’ordre du jour, le document a été présenté à travers une projection vidéo et a mis exergue les principaux objectifs de l’ITIE, notamment celui qui consiste à assurer la transparence des paiements et des revenus générés par les industries extractives. En outre, le document précise que le GMP se fixe pour objectif d’atteindre un niveau élevé de transparence dans l’industrie extractive à travers le récapitulatif et l’analyse de l’ensemble des défis et obstacles, la formulation pour chacun d’eux, d’une stratégie particulière, permettant de poursuivre et renforcer la mise en œuvre de l’ITIE.
Ensuite, les participants ont examiné, en détail, l’Exigence 1.3 de la Norme ITIE qui énonce les exigence afférentes à la mise en place du Groupe Multipartite fonctionnel, à travers :

1) Les Rôles, Droits et Responsabilités du Groupe Multipartite (GMP) :

– Le GMP ou Comité de Pilotage (CP) est un cadre de concertation et d’échanges regroupant les différentes Parties Prenantes (Administration Publique, Entreprises ou Sociétés Minières et Société Civile),
– C’est l’organe chargé de la mise en œuvre des orientations stratégiques définies par le Conseil de Supervision

2) Les Droits, Responsabilités du GMP :

– La responsabilité du fonctionnement de l’ITIE en Guinée a été confiée à un Comité de Pilotage. Celui-ci s’appuie sur le travail de trois commissions ou Sous-Groupes ( la Commission Audit et Statistiques, la Commission Communication et Renforcement des Capacités et la Commission Suivi-Evaluation )
– Ce Comité doit entreprendre des activités de sensibilisation de l’ITIE par tous les moyens de communication au niveau des différentes couches sociales, au niveau des Entreprises Minières et aussi au niveau de l’Administration ;

3) Les Responsabilités des Membres des Sous-Groupes :

Les responsabilités des Membres du Comité ou du Groupe Multipartite sont définies au sein des Commissions (ou Sous-Groupes) mises en place :

4) Le Mandat :

Le mandat des Membres du GMP est de 3 ans renouvelables une fois.

5) Le Secrétariat Exécutif

C’est l’organe chargé de la mise en œuvre des décisions du GMP. Il est responsable de toutes les activités organisationnelles, de gestion comptable et financière, de convocation des réunions du Groupe Multipartite.
.

6) Le Code de bonne conduite :

Tous les Membres du Groupe Multipartite sont tenus de respecter le Code de bonne conduite de l’Association ITIE de Mars 2014. Ils doivent être par conséquent en conformité avec les Lois et Règlementations nationales ainsi que les règles, les intérêts et les objectifs de l’ITIE.

7) La Désignation et conditions rattachées au mandat :

Les Membres du Groupe Multipartite ou Comité de Pilotage sont choisis :par leurs Institutions ou Représentations respectives :

• La Société Civile, à travers ses différentes plateformes, choisit ses
• Les Entreprises Extractives qui choisissent leurs Représentants (Sociétés et Chambre des Mines).
• L’Assemblée nationale (Opposition et Mouvance)
• Les postes de Président et Vice-Président sont toujours occupés respectivement par le Secrétaire Général du Ministère en charge des Mines et de la Géologie et le Secrétaire Général du Ministère en charge du Budget.
• Le Premier Ministre est le Président du Conseil de Supervision et les Ministres en charge des Finances et des Mines en sont Membres.Par ailleurs, sont également Membres du Conseil de Supervision le Président des Organisations Nationales de la Société Civile Guinéenne et celui de la Chambre des Mines.

8) Les Observateurs

Les Représentants de la Banque Mondiale, de la Banque Africaine de Développement, du Système des Nations Unies et de Natural Resources Governance Institute sont des observateurs réguliers de l’ITIE. Les personnes ressources peuvent être aussi observatrices.

D’autres rubriques, citées ci-dessous, ont également été examinées et discutées :

– Les Opérations et délibérations du Groupe Multipartite :
Elles se font par consensus ou à la majorité des Membres présents à la réunion (qui doit atteindre le quorum)
– Les Fréquences et avis de convocation aux réunions :

Les réunions ordinaires du Comité de Pilotage se tiennent une fois par mois. Les réunions extraordinaires sont tenues suivant l’urgence et l’importance des sujets à débattre.

– Les Prises de décision :

Elles se font après l’intervention des participants sur le sujet dans des débats et après consensus sur l’idée à retenir.

– La Tenue des Procès-Verbaux des réunions :

Les Procès-Verbaux sont tenus par le Secrétariat Exécutif.

A l’issue des discussions, le Comité de Pilotage a adopté ces TDR, sous réserve d’y annexer un glossaire ou un indexe définissant les principaux sigles utilisés.

Moustapha Keita

Lutte contre le VIH en Guinée : Le Comité Santé de la Chambre des Mines de Guinée organise des campagnes de sensibilisation et de dépistage du VIH à Conakry et dans les régions de Kankan et de Kindia

PHOT VIH

La Chambre des Mines de Guinée(CMG) a été sélectionnée par PSI/Guinée comme Sous Bénéficiaire (SB) de la nouvelle subvention obtenue par la Guinée au titre du Nouveau Modèle de Financement du Fonds Mondial, chargée spécifiquement du Domaine 5 « Partenariat public-privé, Co-investissement et lutte contre le VIH en milieu de travail ».
Dans le cadre de la mise en œuvre du Plan d’Action de ce Projet, la CMG a organisé en décembre 2016, avec l’appui du PR/PSI, des campagnes de sensibilisation et de dépistage du VIH dans les Communes de Kaloum et de Matoto, ainsi que dans les régions de Kankan (Siguiri) et de Kindia (Maférinyah).
Dans le cadre des préparatifs de ces journées de sensibilisation et de dépistage volontaire du VIH, la CMG a initié et réalisé plusieurs actions avec les parties prenantes, à savoir:
 Négociation avec les autorités du Port Autonome de Conakry (PAC), de la CBK, de la CBG, de SAG, des Sites d’Orpaillage à Siguiri et de Rio Tinto Simfer, pour abriter les campagnes, participer à la mobilisation des populations des zones concernées ;
 Prise de contact avec ASFEGMASSI, les hôpitaux de la CBK, de la SAG et de la Préfecture de Forécariah pour la réalisation du dépistage lors des campagnes ;
 Négociation avec des artistes comme Grand Devise (Comédien) pour l’animation des campagnes de sensibilisation au Port Autonome et à la Cité de la CBK de Matoto ;
 Sélection d’un prestataire et confection, sur fonds propres de la CMG et de ses membres, de Tee-shirts.
 Identification des agents mobilisateurs, animateurs, agents de sécurités et d’accueil, en collaboration avec les Services de Ressources Humaines et de Santé Sécurité des sociétés concernées ;
 Organisation des rencontres d’orientation sur les rôles et responsabilités de chaque acteur mais aussi, sur le déroulement des campagnes et les messages clés ;
 Prise de contact avec REGAP PLUS pour l’impliquer activement dans l’animation des campagnes de sensibilisation.

A PROPOS DE CES JOURNEES DE CAMPAGNE
Les messages clés délivrés durant la campagne de sensibilisation ont porté sur :
 La problématique du VIH au sein de la population générale et en milieu de travail,
 Les facteurs de vulnérabilité
 Les modes de propagation du VIH
 Les moyens de prévention
 L’importance du témoignage des Personnes Vivant avec le VIH
 L’utilité du préservatif avec démonstration de son mode d’emploi
 L’importance du dépistage volontaire et son caractère confidentiel et gratuit.
 Les avancées scientifiques en matière de suivi et de prise en charge des PVIVIH
 La gratuité et la disponibilité des médicaments et services adaptés pour la prise en charge des personnes infectées par le virus.
Résultats globaux obtenus
• 3 345 personnes sensibilisées contre 2500 attendues.
• 701 dépistages réalisés, avec restitution de résultats, contre 225 attendus (hors Kindia qui n’était pas prévue) soit un taux de 312%. Sur ce total, 23cas ont été dépistés positifs soit un taux d’infection de 3.28%
• 75 200 préservatifs ont été distribués contre 25 600, soit un taux de 224%. Sur ce total, 32 000 pièces (soit près de 43%) ont été distribuées dans les zones d’orpaillage à Siguiri, attestant de l’effort fourni par les acteurs impliqués d’une part et, d’autre part, de la forte adhésion de cette communauté vers laquelle aucune action structurée de lutte contre le VIH n’avait encore été déployée.
• 790 Tee Shirts et 790 casquettes ont été distribués. Ce matériel a été entièrement produit aux frais de la CMG. Cette distribution a joué un grand rôle pour l’obtention des résultats décrits ci-haut en matière de participation et de dépistage.
• 400 tests Détermine et 52 tests d’Immuno Comb ont été fourni par la CMG pour compléter le lot reçu du PR/PSI (4 k/100 Détermine et 1 K/36 d’Immuno comb). Cette acquisition a permis de faire face à la forte demande de dépistage enregistrée.

Enfin, il convient de noter que l’atteinte des résultats présentés ci-dessus a été rendue possible grâce à plusieurs facteurs dont, notamment :
 La contribution significative de la CMG pour combler le gap à travers la fourniture de Tee-Shirts, de casquettes, de réactifs de dépistage et de confirmation, de banderoles et d’un appui logistique conséquent ;
 Le financement intégral de la Journée de Sensibilisation et de Dépistage Volontaire du VIH à Maférinyah par la CMG et Simfer/Rio Tinto
 L’implication active des responsables du PAC, de la SAG, et de la CBK dans tout le processus de mise en œuvre de la présente campagne ;
 L’implication de REGAP PLUS, d’ASFEGMASSI et de Grand Devise (Artiste) ;
 La force de l’exemple donné par les Responsables des entreprises hôtes de la campagne, pour le démarrage du dépistage ;
 La qualité du travail préparatoire de la campagne ;
 L’utilisation du Jeu de Perte Personnelle qui met les participants dans la peau de personnes vivant avec le VIH.

Atelier d’orientation des membres de la Chambre des Mines sur la subvention du Fonds mondial pour le « Partenariat public-privé, Co-investissement et lutte contre le VIH en milieu de travail »

photo ateliers 970
Après sa sélection comme Sous Bénéficiaire par PSI pour bénéficier d’une partie de la subvention accordée à la Guinée dans le cadre du Nouveau Modèle de Financement du Fonds Mondial, la Chambre des Mines de Guinée (CMG) a entrepris la mise en œuvre des activités inscrites dans son Plan d’action et relatives au Domaine 5 intitulé « Partenariat public-privé, Co-investissement et lutte contre le VIH en milieu de travail ».

La première activité que la CMG a ainsi réalisée avec l’appui de PSI, a été l’organisation le 23 septembre 2016, à Conakry, d’un atelier d’orientation programmatique à l’intention de ses membres.
photo ateliers 939

Pour rappel, l’objectif général de l’atelier était de fournir aux acteurs concernés, les informations leur permettant de réaliser efficacement les activités qui leur seront confiées, au titre du Domaine 5 de la nouvelle subvention du Fonds Mondial, pour le renforcement de la prévention de l’infection à VIH sur le lieu de travail.

Plus spécifiquement, il s’agissait de :

 Présenter aux acteurs de mise en œuvre le Domaine 5 du projet, pour qu’ils s’en approprient ;
 Présenter le Plan de travail proposé par la CMG.
 Préciser les rôles et responsabilités des différents intervenants
 Fournir des informations sur les procédures du bailleur de fonds qui guideront la mise en œuvre du Projet
 Rappeler aux participants la nature des contributions attendues d’eux et de leurs entreprises d’origine, dans le cadre du Co investissement.
 Recueillir les observations des participants en vue formuler des recommandations permettant de réadapter, le cas échéant, les stratégies d’intervention.

L’atelier a connu la participation des sociétés minières membres de la CMG (ALCOA, CBG, CBK, EGA (GAC), FRIGUIA, SAG, SMB et SMFG) ainsi que l’ ANAIM ; des Sociétés non minières ; l’Organisation partenaire Le Patronat de Guinée et le Programme National de Lutte contre le Paludisme (PNLP) invité, en marge de l’atelier d’orientation, pour mettre à profit la présence des responsables miniers venus de l’intérieur du pays, afin de présenter le Protocole signé avec la CMG le 14 septembre 2016. Ce Protocole de partenariat Public Privé vise le renforcement de la lutte contre le paludisme dans les mines.

Les travaux de l’atelier ont démarré par le mot de bienvenue du Directeur Exécutif de la CMG au cours duquel il a rappelé le contexte du Projet et les différents programmes de lutte contre le VIH mis en œuvre par la Chambre en partenariat avec l’USAID, le CNLS (projet MAP), Partenaires Contre le Sida (PCS) et la GIZ (PPP). Ces programmes ont été les véritables précurseurs du partenariat avec le Fonds Mondial, en cours depuis 2012.
photo ateliers 924

Cette introduction du Directeur Exécutif a été suivie de l’intervention du Secrétaire Général du PAG qui a réaffirmé le soutien et l’implication effective de son institution en faveur de cet important projet piloté par la CMG.

Par la suite, conformément à l’agenda et à la méthodologie prévus par les TDR de l’atelier, les présentations suivantes ont été faites.

La Subvention du Fonds Mondial, volet secteur privé et société Civile, à charge de PSI Co-récipiendaire principal avec le CNLS.

Cette présentation qui a été faite par le Directeur adjoint des Programmes de PSI a donné un éclairage sur (i) les domaines, cibles et les zones d’intervention avec un accent particulier sur le domaine 5 dévolu à la CMG; (ii) les indicateurs contractuels dont ceux de la CMG ; (iii) l’état d’avancement de la mise en œuvre et les défis rencontrés.

Le VIH en milieu de travail, par Dr Alhassane Bah, Responsable Programmatique de la CMG

Cette présentation a permis de :

 Faire un rappel du contexte et des facteurs de propagation de la maladie sur les sites miniers. Avec un taux de prévalence de 5.2% en 2015, en progression depuis 2001 (4.7%), contre une moyenne nationale de 1.7%, ces sites ont plus que jamais besoin du déploiement d’un nouveau programme de prévention de l’infection à VIH, quelque peu négligée durant la tragique période Ebola. D’où la pertinence du projet actuel et du partenariat CMG-PSI.
 Présenter les principes de base sur lesquels fonder la riposte, en vue de réduire l’impact négatif du VIH sur le lieu de travail et dans les communautés d’accueil des opérations minières.

Le Plan de travail, par Dr Bintou Diallo, Responsable Suivi Evaluation de la CMG.

A travers ce Plan de travail, les participants ont été informés sur : (i) les activités prévues ; (ii) les résultats attendus ; (iii) les avantages escomptés pour les différentes parties prenantes (entreprises et communautés) ; (iv) les rôles et responsabilités des entreprises dans le cadre de la mise en œuvre de la subvention.

photo ateliers 943
Ces différentes présentations et les débats qu’ils ont suscités ont permis d’identifier :

Les facteurs de succès du projet :

 La synergie crée par la présente subvention qui vient renforcer des actions contre le VIH, menées par la CMG et ses membres grâce à (i) la fourniture d’outils IEC, d’intrants de laboratoires, de préservatifs ; (ii) un renforcement de capacités des acteurs (paire éducation) et des cibles (causeries éducatives et campagnes de sensibilisation)
 L’engagement des directions des entreprises à travers (i) l’information et la sensibilisation du personnel sur les activités du projet ; (ii) le support apporté aux pairs éducateurs pour la conduite des causeries éducatives et les campagnes de sensibilisation en faveur des employés dont la mobilisation sera autorisée ; (iii) la facilitation des misions de supervision du Bénéficiaire Principal PSI et du Sous Bénéficiaires CMG.

Les défis à relever

 L’extension des avantages du projet à des cibles situées en dehors du champ d’action traditionnel de la CMG : paire éducation dans les sociétés non minières, campagnes de prévention et dépistage en faveur de la population générale dans les communes urbaines ;
 La contractualisation de services de dépistage avec des structures ne figurant pas dans le portefeuille de la CMG et vers lesquelles devront être référés les clients non miniers.
 La capitalisation et la pérennisation des acquis du projet
 La conduite simultanée d’activités touchant les 3 maladies : (i) le VIH et la TB avec PSI ; (ii) le paludisme avec le PNLP

I. Résultats acquis

Malgré le retard enregistré pour son organisation, l’atelier d’orientation s’est finalement déroulé dans de bonnes conditions et a permis d’obtenir des résultats résumés comme suit:

1. Une réaffirmation de l’adhésion des membres de la CMG au projet, traduite par

 une bonne participation des sociétés minières (9 sur 6 prévues) et de leurs représentants (11 sur 12)
 Une participation des sociétés non minières (3 sur 0 prévue) avec 3 représentants.

2. Un plan de travail présenté et discuté, grâce auquel un plan de rattrapage a été élaboré et communiqué au PR.

3. Une plus grande visibilité de l’action du Fonds Mondial donnée à une composante majeure du secteur privé guinéen (le Patronat de Guinée) et à des sociétés non minières membres de la CMG qui n’avaient jusqu’à présent pas été associées au Projet.

4. La mise à disposition de ressources additionnelles pour l’organisation de l’atelier, confirmant l’engagement de la CMG en faveur du Co investissement.

5. L’engagement des sociétés pour la poursuite d’activités de lutte contre le paludisme et la Tuberculose sur les sites miniers, conformément au plaidoyer de PSI et au Protocole CMG-PNLP et parallèlement à celles en cours contre le VIH.

photo ateliers 952
Prochaine étape

Pour permettre aux participants de préparer la prochaine activité qui sera la formation des pairs éducateurs, un document produit par le PR/PSI leur a été distribué. Il s’agit des « Termes de référence du Pair Educateur ». Ce document précise les rôles et responsabilités du Pair Educateur/Animateur.

Enfin, il faut noter que l’atelier d’orientation n’aurait simplement pas pu avoir lieu si les directions des entreprises n’avaient pas accepté de libérer des heures de travail rémunérées en faveur des participants.

La présence pour la première fois d’entreprises non minières, membres de la Chambre et la participation d’un haut responsable du Patronat de Guinée, ont donné une nouvelle dimension aux activités engagées par la CMG.

Signature d’un accord de partenariat entre la CMG et le PNLP : Renforcer la lutte anti vectorielle sur les sites miniers

La Chambre des Mines de Guinée (CMG) représentée par M. Ismaël Diakité, Président du Conseil, et le Programme National de Lutte contre le Paludisme (PNLP), représentée par son Coordinateur Dr Moussa Keita, ont procédé, le 14 septembre 2016 à la signature d’un accord de partenariat pour la lutte contre la paludisme.
photo ateliers 889
Cette cérémonie de signature s’est déroulée , au cours de la réunion du Bureau Exécutif de la CMG, en présence des membres du Conseil d’administration participant au Bureau Exécutif et du Directeur Exécutif p.i de l’institution.
A l’issue de la cérémonie, M. Diakité a relevé toute l’importance de ce partenariat en ces termes : « Dans les bassins miniers, il y a les communautés, les employés et leurs familles. Donc, nous sommes exposés au paludisme en tant que projet minier. Dans le cadre de notre responsabilité sociétale des entreprises, nous avons signé un partenariat avec le PNLP pour mobiliser nos moyens en vue de faire face aux besoins sanitaires … ».
Quant à Dr Moussa Keita, il s’est réjoui de la signature de ce partenariat avec la CMG, représentant du secteur privé guinéen, en affirmant qu’avec ce secteur, « on peut faire des progrès ».
Il convient de noter que la lutte contre le paludisme est une préoccupation de la CMG dans la mesure où le paludisme demeure la première cause de consultation et d’hospitalisation en Guinée et dans les zones minières,

C’est pourquoi, la CMG a pris d’heureuses initiatives pour mutualiser les efforts des entreprises et ceux des partenaires tant nationaux qu’internationaux.

C’est dans ce cadre que :

 La CMG a organisé en mai 2016, avec l’appui de Santé en Entreprises (France) et en collaboration avec le Programme National de Lutte contre le Paludisme (PNLP) un atelier international pour le renforcement de la lutte anti vectorielle sur les sites miniers
 Le PNLP et la CMG ont décidé de conclure le présent protocole de Partenariat public privé qui permettra aux entreprises de renforcer la lutte contre le paludisme dans les zones minières

De nombreux avantages sont escomptés dans le cadre du Partenariat CMG – PNLP

Le PNLP, à travers les Directions Préfectorales de la Santé (DPS), les Directions Régionales de la Santé (DRS) et sa structure de coordination centrale, s’engage à:

 Approvisionner gratuitement les structures sanitaires minières en antipaludique et autres intrants tels que les Moustiquaires Imprégnées de Longue Durée d’Action (MILDA), les Tests de Dépistage Rapide (TDR) au même titre que les structures publiques.
 Assurer la formation et la supervision du personnel des structures sanitaires des entreprises minières sur la prise en charge et la prévention du paludisme
 Faciliter la participation des entreprises minières aux réunions de coordination périodiques des districts, des régions, du comité national Roll Back Malaria (RBM) et des groupes thématiques du PNLP.
 Intégrer les rapports des entreprises minières dans le rapport global du district et à faire la retro- information aux responsables des entreprises, par le canal de la Chambre des Mines de Guinée
 Fournir tous les documents normatifs (guide nationaux, directives, fiches techniques, canevas de rapport) nécessaires à la compréhension et à l’application de la politique nationale de lutte contre le paludisme

PRÉSENTATION DU COMITE VIH

hiv

Organe Central de liaison créé en mai 2001 par le Conseil d’Administration de la Chambre des Mines.
COMPOSITION :
Six (6) issus des Sociétés Membres, appuyés par le Directeur Exécutif de la CMG et un (1) Conseiller Technique.
RÔLE :
• Impulser et coordonner les Activités des Comités SIDA des Entreprises Membres de la CMG ;
• Concevoir, encadrer et veillerà la mise en œuvre des Plans d’Action opérationnels pluriannuels en faveur des Sociétés Membres.
• Promouvoir le Partenariat National & International, assurer le Financement des PAO pluriannuels Résultats acquis 2002– 2007
• Création de Comités SIDA dans les Entreprises;
• Formation de Pairs Educateurs pour la Sensibilisation ;
• Partenariat initial avec le CNLS & USAID pour la mise en œuvre de deux (2) Programmes ;
• Implantation de Centres de Dépistage Volontaire et Anonyme (CDV) dans six (6) Centres Miniers
• Partenariat élargi avec le CCM – Guinée, Global Business Coalition, le Fonds Mondial, Partenaires contre SIDA, l’USAID, GTZ et le PNUD. (PAO 2008 – 2010)
• Amplification des Comités SIDA Entreprises;
• Analyses situationnelles des Entreprises & Elaboration des Feuilles de Route ;
• Renforcement de la coalition pour la Lutte & Détermination d’une Politique Formelle au bénéfice des Sociétés Membres ;
• Election de Centres de Référence pour les Membres dépourvus de Centre de Santé;
• Généralisation de la Prise en Charge Globale des Malades ;
• Extension à la Tuberculose et au Paludisme;
• Soutien du Partenariat Public /Privé
MISSION :
La mission de l’Unité des services de santé de la Chambre est d’offrir l’excellence du service aux membres de la Chambre dans le domaine de la santé au travail (y compris la médecine du travail et hygiène du travail / Ventilation)
SERVICES :
Dans la poursuite de cette mission, le Service de santé offre les services suivants aux membres de la Chambre:
La fourniture d’une expertise spécialisée et entrée consultatif pour les questions liées à la santé
La formulation et imposant des politiques de l’industrie et des prises de position sur les questions qui auront un impact sur l’industrie minière en particulier, et les employeurs en général faciliter l’interaction entre les représentants médicaux des mines de membres, principalement par le biais d’un comité permanent appelé le Comité des politiques de santé (HPC) ; faciliter l’interaction entre Ventilation / Hygiène représentants des mines de membres, principalement par le biais d’un comité permanent appelé l’ingénieur Environnemental Group (GEE) .