Participation de la Chambre des Mines de Guinée aux ’72 Heures du Livre’ à Conakry du 23 au 25 Avril 2016

La Direction Exécutive de la CMG, Union patronale du secteur minier formel guinéen, a pris part à la huitième édition des 72 heures du livre de Conakry, dont le coup d’envoi a été donné le samedi 23 avril 2016 au Centre culturel franco-guinéen. En effet, le thème central de cette édition 2016 des ‘’72 heures du livre de Conakry’’ est «  Livre, mine, énergie et développement communautaire ».

Par ailleurs, il convient de noter que l’édition 2016 a aussi été l’occasion de donner le coup d’envoi des préparatifs de l’événement à venir pour l’année prochaine : Conakry, capitale mondiale du livre.

PHOTOS CMG 255

 

Participation active et présence remarquée de la CMG

La participation de la CMG s’est traduite par :

  • L’Allocution de Mr Namory Condé, Vice – président de la CMG, au nom du secteur minier

Le Directeur Général de la Compagnie des Bauxites de Guinée (CBG), remplaçant Mr Ismaël Diakité, Président de la CMG en mission, a déclaré qu’en plaçant le secteur minier au cœur de cet événement, « nous en évaluons la portée : celle qui nous oblige à mobiliser les investisseurs, les opérateurs, les sous-traitants miniers vers la lecture, la recherche de la connaissance, l’écriture, afin d’aboutir à l’édition de Livres, romans, ouvrages consacrés à tous les aspects du développement du secteur minier Guinéen ».

Il a également reconnu que « c’est une œuvre, certes pas facile, mais le Conseil d’administration de la CMG par ma voix. voudrait  s’y atteler pour que toutes les parties prenantes, notamment les communautés environnantes, trouvent , par des efforts conjugués, des opérateurs miniers engagés dans la réalisation de centres culturels pour la lecture, des bibliothèques, des centres de débat d’idées, des cercles d’études ; en somme, la construction de points de rencontre pour faire éclore des talents de jeunes, de vieux et de retraités ayant compris les mobiles à l’origine de l’initiation, du développement et  de l’exploitation minière ».

  • Les Présentations du Directeur Exécutif sur la prévention et la gestion & la Présentation de la CMG

Mr Ibrahima Sory Camara, a animé le 23 avril 2016 une conférence à l’Université Gamal Abdel Nasser de Conakry dont le thème était la « prévention et la gestion des conflits dans les localités minières ». Le conférencier a, notamment, donné des explications sur les causes des conflits, les conséquences ou l’impact négatif de ces conflits sur les opérations des sociétés minières, la notion de responsabilité sociétale des entreprises (RSE) qui les emmène à adopter des comportements citoyens pour assurer la quiétude sociale, etc.

Aussi, le 25 avril 2016, le Directeur Exécutif de la CMG, devant un parterre d’éminents acteurs du secteur minier (Mr Ibrahima Soumah, ancien ministre des mines et de la géologie ; Jean-François Labé, de la direction des Géo ressources – Bureau des Recherches Géologiques et Minières, BRGM – ; Abdoulaye Soumah du Comité de pilotage de l’ITIE, etc) et d’étudiants, a procédé à la « Présentation de la CMG, Union patronale du secteur minier formel guinéen ». Dans son exposé, le D.E de la CMG a rappelé les raisons qui ont conduit à la création de l’institution qui, à ses débuts avait un statut d’association avant de devenir une Union patronale après l’Assemblée Générale de 2009 ; le fonctionnement et les instances de la CMG, les activités et les réalisations de la CMG : les partenariats de la CMG, notamment  avec le Fonds mondial et le Système des Nations Unies ainsi que les défis et les perspectives.

NB : Cette présentation de la CMG a été saluée par un tonnerre d’applaudissements et une série de questions démontrant l’intérêt des participants pour la Chambre des Mines de Guinée.

Par ailleurs, l’occasion a été mise à profit par les organisateurs des 72 heures du Livre pour décerner un satisfécit à la CMG pour son rôle dans l’organisation des 72 heures du Livre et pour l’encourager à poursuivre ses efforts pour la promotion du livre dans les localités minières et surtout pour assurer la promotion de l’événement « Conakry, Capitale mondiale du Livre en 2017 ».

Pour matérialiser cette reconnaissance à l’endroit de la CMG, Mr Sansy Kaba Diakité, Directeur des Editions L’Harmattan de Guinée et Commissaire général des 72 heurs du Livre a décoré le Directeur Exécutif de la CMG du pin’s  d’ « Ambassadeur de Conakry, Capitale mondiale du Livre en 2017 » avant de lui délivrer le diplôme y afférant/

  • L’animation d’un Stand, en collaboration avec GAC

La CMG et la Société GAC ont partagé le même stand dans l’enceinte du centre culturel franco-guinéen.

Ce stand a permis à la CMG de distribuer un lot de sa revue annuelle dénommée le Register et d’exposer des kakemonos mettant en exergue :

  • Sa position de premier employeur privé de Guinée,
  • Son rôle et ses actions en faveur le développement des communautés à travers la construction de routes, d’écoles, de forages, etc
  • La promotion de la Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE) dans le secteur minier formel…
  • La participation à des séances de présentation et de dédicace de livres,
  • Présentation de la CBG sur la RSE

La CMG a assisté à la présentation de la Compagnie des Bauxites de Guinée (CBG) sur le thème  de la « Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE) ». Cette présentation a été assurée par Mme Garcia assistée de Mme Saran Camara, Assistante du DG de la CBG. Mme Garcia a expliqué les principes de la RSE avant d’évoquer les contributions de la CBG en faveur des communautés en termes de développement communautaire et de protection de l’environnement, etc.

A noter que la présentation de la CBG a été marquée par la présence de représentants de la ville de Boké qui se sont plutôt intéressés à la hauteur de la contribution de la CBG et à la fameuse clause de la convention de 1963 exemptant la CBG du paiement de la taxe superficiaire.

  • Dédicace du Livre ‘’Brève histoire de Beyla’’ commandé et financé par Rio Tinto

La CMG a visité certains stands de livres et a participé à la dédicace des livres de certains auteurs comme Djibril Tamsir Niane qui a écrit, en collaboration avec RIO TINTO, une « Brève histoire de Beyla » dans le cadre de la promotion des relations entre l’entreprise minière et les communautés riveraines. La dédicace de ce livre a été faite en présence des responsables des services communataires de RIO TINTO dont Mme Zeinab Camara et des repérsentants de Beyla.

Simandou Sud : la signature du Cadre d’investissement marque une avancée significative

Le 26 mai 2014, à Conakry, le Gouvernement guinéen et ses partenaires Rio Tinto, Chinalco et la SFI ont signé le Cadre d’investissement (CI) pour les blocs 3 et 4 de Simandou. Ce projet, qui sera le plus grand projet intégré, combinant une mine de fer et des infrastructures, jamais réalisé en Afrique, permettra à la Guinée de tirer profit de ses importantes richesses minérales et d’engager une transformation en profondeur de son économie.

arton40375-c224d[1]
La signature marque une étape importante et établit les fondements juridiques et commerciaux pour la suite du projet, qui permettra à la Guinée et à tous les actionnaires de profiter des opportunités qui s’offrent à eux.
Dans les prochains jours, le Gouvernement guinéen soumettra le CI à l’Assemblée Nationale, qui l’examinera en vue de le ratifier. Après la ratification, les partenaires du projet finaliseront l’Étude de Faisabilité Bancable, dans un délai approximatif d’un an à compter de la ratification, qui confirmera tous les paramètres du projet, y compris les coûts et l’échéancier.
En parallèle, les parties travaillent ensemble, sous la direction de Rio Tinto, pour former un consortium d’investisseurs qui financera, construira et détiendra, dans les délais convenus et suivant des modalités prévues par l’Etude de faisabilité et impliquant toutes les parties, les infrastructures multi-usages et multi-usagers comprenant une voie de chemin de fer de 650 km et un port en eau profonde.
A pleine production, le projet aura le potentiel de doubler le PIB guinéen actuel. Il aura en outre une incidence considérable sur le marché de l’emploi; à pleine production, il génèrera environ 45 000 emplois dans toutes les sphères de l’économie. Il engendrera également des activités de sous-traitance et d’approvisionnement. La construction et l’amélioration des routes, et le développement des réseaux de communication par fibre optique et sans fil appuieront indirectement l’essor économique des communautés qui se trouvent le long du tracé des infrastructures (« Corridor de Croissance Sud »).

Alpha Condé, Président de la République de Guinée, a déclaré : « Grâce aux investissements massifs dans les infrastructures, ce projet revêt une importance critique pour le peuple guinéen. Il s’agit d’une priorité nationale qui va bien au-delà des mines et qui aura des répercussions pendant des générations. Avec des accords transparents et équilibrés, notre secteur minier a le pouvoir de transformer notre pays. Ce projet est également un symbole des efforts immenses que déploie notre continent pour relever les défis auxquels il fait face en matière d’infrastructures et pour favoriser une croissance inclusive. »

Kerfalla Yansané, Ministre d’Etat en charge des Mines et de la Géologie de la République de Guinée, a déclaré : « Simandou est l’un des plus grands gisements de minerai de fer au monde, avec une qualité exceptionnelle. Il a le potentiel d’approvisionner le marché mondial avec un minerai hautement concurrentiel pendant plus de 40 ans. Estimé à 20 milliards de dollars US, ce projet, dont l’objectif est de développer les blocs 3 et 4 de Simandou ainsi que les infrastructures connexes, stimulera l’ensemble de l’économie guinéenne, ainsi que le Corridor de Croissance Sud à travers l’agriculture, la sylviculture, l’élevage et le commerce. Il s’agit de déverrouiller notre immense potentiel, de soutenir nos efforts pour lutter contre la pauvreté en créant des emplois et en diversifiant l’économie, et d’attirer davantage d’investissements directs étrangers. »

Sam Walsh, chef de la direction de Rio Tinto, a déclaré : « Nous franchissons aujourd’hui une étape importante dans le développement de ces ressources de minerai de fer de classe mondiale, ce qui sera avantageux pour tous les actionnaires et les Guinéens. Je souhaite la bienvenue au Gouvernement de la Guinée parmi les actionnaires, et je remercie le Président pour son engagement continu envers le projet. »

Alan Davies, chef de la direction du groupe Diamants et minéraux de Rio Tinto, a déclaré : « La signature du Cadre d’Investissement témoigne de la détermination de tous les partenaires à faire progresser le projet. C’est l’aboutissement de bon nombre d’années de collaboration et de travail acharné. Nous allons désormais nous concentrer à faire avancer les plans pour la mise en valeur de la mine et à former un consortium d’investisseurs qui financeront et développeront les infrastructures. »

« La Chine et la Guinée entretiennent depuis longtemps des relations amicales, explique SUN Zhaoxue, PDG de Chinalco. Les deux pays sont très complémentaires sur le plan économique. La Guinée possède de vastes ressources de minerai de fer, tandis que la Chine est le plus grand consommateur de ce minerai au monde. La signature du Cadre d’Investissement est d’une grande importance, et Chinalco souhaite travailler en collaboration avec tous les partenaires pour appliquer nos respectives responsabilités et obligations afin de démarrer la première production commerciale et atteindre la pleine production du projet le plus tôt possible. Ceci bénéficiera à l’État Guinéen et au peuple de Guinée.»

« Ce projet est une priorité pour la SFI, car il créera des emplois et des infrastructures et générera des revenus pour la Guinée, affirme Jin-Yong Cai, vice-président exécutif et chef de la direction de la SFI. Les projets de cette ampleur exigent des partenariats solides. Cette entente est le reflet d’une étroite collaboration entre les différents partenaires, dont le Gouvernement de la Guinée, qui ont travaillé ensemble pour élaborer un cadre qui procurera au pays des avantages à long terme. »

Signature du PTA entre le Système des nations Unies et la Chambre des Mines

C’est avec beaucoup d’espoir et de satisfaction que nous avons assisté à la signature du Plan de Travail entre le Système des Nations Unies (SNU) et la Chambre des Mines de Guinée (CMG), le vendredi 4 avril à l’hôtel Riviera Royal de Conakry. On pouvait observer la présence de la totalité des Institutions du Système des Nations Unies se trouvant en Guinée : OMS, ONUDI, PNUD, SFI, UNICEF, ONU etc. Mais d’un autre coté, étaient également présents, les compagnies minières de la place : Rio Tinto, Global Alumina Corporation, Compagnie des Bauxites de Guinee (CBG), Bellzone, SAG, SMD, SMFG, Alufer, AMC etc.

Après une présentation détaillée du Plan de Travail Annuel SNU/CMG par le Chef du Bureau Coordonateur Résident du SNU et du Directeur Exécutif de la CMG, vinrent les discours des deux responsables des organisations signataires. A cet effet il faut noter que le discours du Coordonnateur Résident du SNU : Mr. Anthony Ohemeng-Boamah était assez spécial dans la mesure où qu’il en a également profité pour faire ses adieux à la Guinee après plusieurs années de services. A cet effet un cadeau d’adieu lui a été gentiment offert par Mr. Mamady Youla, Président de la CMG.

C’est durant la série des questions que le sujet fut véritablement débattu par l’audience composé également de plusieurs médias de la place.

La signature du Plan de Travail Annuel (PTA) entre le SNU et la CMG est la concrétisation d’une volonté commune de collaborer pour le développement de la Guinée à travers un secteur minier guinéen responsable et proactif.

Il s’agit de faire du rêve guinéen une réalité ou le secteur minier serait le moteur de la croissance nationale, un véritable outil de promotion et de développement humain.

En effet, le Plan de Travail porte aussi sur les questions relatives à la contribution effective des industries extractives au niveau de la prévention des conflits, ainsi que sur la pacification du contexte national. La réflexion et les actions portent essentiellement sur les voies et moyens à mettre en place pour créer un climat apaisé des affaires, et surtout favorable à l’investissement tant local qu’étranger.

En d’autres termes, l’opérationnalisation du PTA se matérialisera par la mise en œuvre de 38 activités conjointes visant l’atteinte de 5 résultats stratégiques.  Le cout global s’élève à USD 9 187 500 dont environ 30% sont à mobiliser auprès des partenaires au développement.

Il est question pour les signataires de :

  • Prévenir les conflits dans les zones minières à travers des renforcements de capacités des acteurs en matière de consolidation de la paix à travers le dialogue communautaire et la prévention des violences basées sur le genre.
  • Mettre en place un cadre formel d’exercice de la responsabilité sociétale des entreprises pour permettre aux industries minières d’investir dans le développement humain.
  • Donner la possibilité aux entreprises minières de participer au développement local des zones d’exploitation à travers le financement des services sociaux de base, notamment l’accès à l’eau, la santé, l’éducation, la protection des personnes vulnérables et la lutte contre le VIH/SIDA.
  • Promouvoir des opportunités d’emplois décents pour les jeunes et les femmes dans les zones minières à travers le développement d’alternatives à l’activité minière de même que la création d’emplois adaptés au profit des populations riveraines, et ce conformément aux principes édictés par la RSE dans les zones minières.
  • prend en compte  la nécessité de se doter de capacités humaines et techniques nécessaires à la mise en œuvre harmonieuse du PTA 2014. Il s’agit d’une part de sessions de formation/renforcement des capacités des experts des Nations Unies et des compagnies minières afin de mieux cerner la nature des cadres d’interventions et des principes directeurs qui régissent les deux parties engagées dans ce partenariat stratégique ainsi que du recrutement d’un Chargé de Programme du sein de la Direction Exécutive de la CMG.

 

Dans son discours, le Coordonateur Résident du SNU a mentionné ceci : « Il n’est point besoin de rappeler que le contexte économique mondial marqué par des crises économiques à répétition ne favorise pas toujours la mobilisation rapide des bailleurs de fonds traditionnels de la Guinée.

Cela veut dire que nous devons innover dans notre stratégie de mobilisation de ressources, créer des synergies nouvelles avec de nouveaux partenaires afin de réaliser les objectifs fixés dans le PTA 2014. »

IMG_5719A IMG_5637 TYB