S PHOTO DEVELOP COMMUNTR

Le développement communautaire aide les communautés à mieux maîtriser les questions de santé, sociales et économiques qui les touchent en tirant profit de leurs forces.

On pourrait définir les caractéristiques du développement communautaire comme suit :

  • l’existence d’un problème collectif, c’est-à-dire d’un problème commun à un ensemble de personnes, une population, une collectivité, ou une communauté
  • La réponse à ce problème collectif devra être collective elle aussi. Ce qui suppose que toutes les personnes concernées par le(s) problème(s) doivent agir ensemble, à toutes les étapes du processus. La population4 d’abord en tant que première concernée par les problèmes, mais aussi les travailleurs sociaux et leurs partenaires de tous ordres (associatifs, institutionnels, politiques, économiques…) vont penser et agir ensemble. La population est considérée ici non pas comme consommatrice de services mis à sa disposition, mais comme un ensemble de citoyens, d’acteurs, de producteurs de leurs propres réponses collectives. On ne fait donc pas POUR la population mais AVEC elle .
  • L’existence d’un partenariat, ou à tout le moins d’un travail en réseau, ou de collaboration5. On ne peut travailler seul en développement communautaire : le problème étant collectif, il touche un ensemble de personnes / institutions / cadres différents, ayant des rôles et des fonctions différentes par rapport au problème, ses origines et ses manifestations, autant de personnes qui doivent donc, de façon plus ou moins étroite et active selon les partenaires et selon les moments du processus, travailler ensemble.
  • Pour répondre à la nature du problème de départ, la ou les réponses viseront bien entendu un changement structurel ou d’organisation sociale, ce qui suppose d’emblée des réponses non ponctuelles ou isolées. Il s’agit de changer la situation en profondeur et non de trouver une réponse temporaire ou immédiate à un problème ponctuel.
  • La réponse est bien souvent territorialisée, localisée ; elle s’inscrit en tout cas à un niveau d’intervention micro-social qui permet les échanges directs et concrets entre les gens, qui permet une expression réelle, de fait et non seulement théorique ou de droit, un niveau qui permet l’établissement de liens sociaux réels, non virtuels ou distants.
  • L’action communautaire se déroule par définition sur la place publique. La notion du secret professionnel, si chère aux travailleurs sociaux, se travaille de manière un peu différente en travail communautaire : tout ne doit pas se dire, bien au contraire, mais l’action doit par définition se faire connaître si elle veut avoir une chance d’aboutir en touchant le plus grand nombre.
  • Enfin, il faut du temps, du temps et encore du temps : du temps pour obtenir des résultats certainement mais aussi pour, analyser le problème, penser l’action, se rencontrer, échanger, partager, négocier, organiser, agir, évaluer